Diocèses de Bourges, Clermont, Limoges, Le Puy, Cahors et Rodez. Archevêque de la Province de Bourges : MGR Angelo
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [rp] licence d'Ivinbir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
tokai
Evêque du Puy
Evêque du Puy
avatar

Nombre de messages : 476
Date d'inscription : 25/11/2008

MessageSujet: [rp] licence d'Ivinbir   Sam 1 Mar - 11:31

Elle déposa sur la table prévue pour Ivinbir son premier devoir

tokai a écrit:
Séminaire Saint-Benoît : Niveau 2, Volet 1 : Droit Canonique : Leçon 1: Hiérarchie de l'Église.


Rome


Rome est le lieu de gouvernement de l'Église. Il est composé de diverses institutions : les dicastères. Le Pape et la Curie y siègent.

La Curie

§1: La Curie est le gouvernement de l'Eglise. Son fonctionnement est rigoureusement codifié afin de garantir son bon fonctionnement.

§2: La Curie était composée basiquement de 11 Cardinaux. Ce nombre a été modifié au fil du temps selon les nécessités.

§3: La Curie est présidée par le Pape, et, en l'absence de ce dernier, par le Cardinal Camerlingue.

§4: Le Camerlingue est élu par les Cardinaux électeurs et suffragants parmi les Cardinaux Romains électeurs pour six mois selon les règles définies par la Curie elle-même.

§5: Les cardinaux sont élus par la curie. Ils doivent être évêques en titre pour être habilités à joindre la curie.

§6: Les cardinaux agissent en collège et doivent faire valider, même à posteriori leurs décisions par le collège des cardinaux. Ils peuvent célébrer tous les sacrements de l’Église aristotélicienne et sont seuls habilités à prononcer une excommunication. Les cardinaux sont seuls à pouvoir valider une séparation ou une annulation de mariage de même qu'un défroquage, volontaire ou pas. Les cardinaux ont un droit de véto sur toute décision prise par un membre du clergé en dehors du pape et ils possèdent les clés et un droit de regard pour tous les locaux de Rome.

§7 : La Curie se prononce sur tous les points importants qui regardent le gouvernement de l'Église. Elle reçoit les rapports des congrégations et donne les grandes orientations de la vie de l'Église.

§8 : Elle détermine et est garante des deux piliers spirituels de l'Église : le droit canon et le dogme.

§9 : Elles ne s'occupent que des affaires religieuses des royaumes. Les affaires temporelles des différents royaumes seront organisées et gérées par les Églises nationales.

§10: Les décisions de la curie sont votées à la majorité absolue, la durée du vote est fixée à 10 jours au maximum. Elle peut être inférieure à cela sur décision du Camerlingue.

§11: Le Pape peut trancher à tout moment les débats. En cas d'absence du Pape le cardinal Camerlingue le remplace.

Les Dicastères

§1: Dans l'exercice de son pouvoir suprême, plénier et immédiat sur l'Église universelle, le Pontife Romain se sert des Dicastères de la Curie romaine; c'est donc en son nom et par son autorité que ceux-ci remplissent leur charge pour le bien de l'Église et le service des fidèles.

§2: Les dicastères sont composés des 5 Congrégations, des Assemblées épiscopales, et des Consistoires pontificaux. Ils devront siéger à Rome, qui devra leur donner les moyens de leurs missions.


  • La Congrégation du Saint-Office
  • La Congrégation pour la Diffusion de la Foi
  • La Congrégation des Affaires du Siècle
  • La Congrégation de la Sainte Inquisition
  • La Congrégation des Saintes-Armées




Les Églises

Des divisions administratives.

§1: L'Église est divisée en Provinces Religieuses, ou Primaties, qui correspondent aux royaumes temporels, soit les primaties des Gaules, d'Angleterre, du Saint-Empire, d'Aragon et de Bretagne.

§2: L'Église est aussi divisée en Provinces métropolitaines. Ces provinces sont des regroupements de plusieurs diocèses. L'un de ces diocèses est dit métropolitain, il est le siège de l'archevêque métropolitain qui dirige la province. Une province métropolitaine peut se trouver dans deux provinces religieuses, par exemple, la province de Tours ou encore celle de Lyon.

§3: Les autres diocèses où archidiocèses de la province sont dits suffragants.

§4: Un diocèse "in partibus" est un diocèse se situant en dehors de la zone aristotélicienne, car tombé aux mains des infidèles il y a bien longtemps de cela.

§5: Chaque diocèse regroupe une ou plusieurs paroisses.

Des charges.

Les évêques :


    §1: Après le Souverain Pontife et les cardinaux, le troisième rang dans l'Eglise est celui des évêques. §2: L'évêque est un clerc choisi par le Pape et la Curie pour diriger un diocèse. Il est le père des fidèles de ce diocèse et a la responsabilité morale de leur bien spirituel.§3: Un évêque est soit archevêque métropolitain, soit archevêque suffragant, soit évêque suffragant soit évêque "in partibus" selon le statut du diocèse auquel il a été lié.§4: Chaque évêque est libre de gouverner son diocèse comme il l'entend, sous réserve qu'il respecte les prescriptions de l'Eglise. Cette autonomie de gouvernement ne le dispense pas de travailler en commun avec les autres évêques et son archevêque métropolitain dans le cadre de sa province ecclésiastique.


Le Conseil Diocésain :


    §1: Les évêques sont assistés dans leur tache par un conseil diocésain. Les membres du conseil sont nommés chanoines. Tout comme les diacres, les chanoines peuvent être soit des clercs, soit des laïcs.Chaque évêque règle à sa guise le fonctionnement interne du conseil diocésain, toutefois il est tenu de le consulter régulièrement pour les questions d'importance. §2: Les conseillers diocésains sont: Le responsable du trésor, le responsable de la doctrine, le responsable des relations avec les curés, le "teckel à poil ras", le consultant en religion et le responsable des diocèses. §3: Les diocèses suffragants ne possèdent pas de consultant en religion et de responsable des diocèses.§4: L'évêque peut aussi nommer un vicaire diocésain ou un archidiacre pour le seconder. Le vicaire diocésain est un clerc ordonné qui seconde l'évêque. L'Archidiacre est un clerc non ordonné qui occupe la même fonction. Lorsqu'il est question d'un archevêché métropolitain, l'on parle de vicaire général et de premier archidiacre.


Les curés, vicaires paroissiaux, diacres, aumôniers et chapelains :


    §1: Chaque village possède une cure, qui doit être tenue et administrée par un curé. Le curé est un clerc nommé par l'évêque. Il peut gérer sa paroisse comme il l'entend, dans le respect des lois de son diocèse et de l'Eglise.§2: L'Évêque peut aussi nommer des vicaires paroissiaux, c'est-à-dire des clercs, ayant donc prononcé les vœux, qui secondent le curé.  Les vicaires ne peuvent être affiliés à plusieurs paroisses, sauf si l'évêque y consent.§3: Les curés peuvent nommer des diacres, qui les assisteront dans leur tâche. Les diacres sont des laïcs. Les diacres ne peuvent être affiliés à plusieurs paroisses, sauf si l'évêque y consent.§4: Le clerc qui officie sur le domaine d'un noble est nommé chapelain. Il relève du responsable de la paroisse sur laquelle se trouve le fief nobiliaire. Seul un prélat autorisé peut cependant consacrer une chapelle et nommer un officiant.§5: L'aumônier est un laïc nommé par la Congrégation pour la Diffusion de la Foi pour être guide spirituel d'une organisation laïque, la plupart du temps militaire.



Des Eglises nationales ou Assemblées Épiscopales.

§1: Afin de gérer les situations particulières et de servir d'intermédiaire entre les différents royaumes et la direction de l'Eglise, les Eglises nationales sont autorisées à se regrouper en Assemblée épiscopale sous la direction d'un primat. C’est la Curie Romaine qui accorde ou pas le droit d’assemblée à un groupe particulier de diocèses, après demande officielle et en bonne et due forme de la part des évêques concernés.

§2: Ne feront partis d'une Eglise Nationale particulière que les évêques dont au moins une paroisse de leur diocèse sera située dans la province religieuse à laquelle correspond l'Église nationale.

§3: L'assemblée des évêques des différentes églises est chargée d'élire un primat, et ce selon les modalités choisies par ladite assemblée épiscopale. Ces modalités diffèrent entres les différentes Églises.

La curie peut avoir un droit regard, et exceptionnellement (en cas de non respect du dogme, du droit canon ou des grandes orientations déterminés par la curie) le primat, après vote de la curie, peut être destitué, et amener ainsi de nouvelles élections au sein du concile.

§4 : Quels sont les pouvoirs des Eglises nationales ?


    1. Le concile épiscopal s’occupe de toutes les affaires temporelles du royaume/empire.2. Il choisit les grandes orientations de leur Eglise, sans contradictions avec celles énoncés par les cardinaux, mais au contraire dans la continuité et dans l'application de ces objectifs au niveau du royaume/empire.3. Le concile national s'occupe des évènements religieux locaux importants (baptêmes, mariages, sacres, funérailles, etc.)4. Le concile national peut lancer une intervention militaire et/ou demander l'intervention de l'Inquisition, sur un vote à majorité simple du concile national concerné. Une croisade ne peut être effectuée sans un vote favorable du concile national. Cependant l'Inquisition peut intervenir sans qu'un concile en fasse obligatoirement la demande. 5. Le concile national d'un royaume/empire négocie les concordats et est garant de celui ci.



Des Consistoires

§1: Les Consistoires pontificaux sont définis par regroupement linguistique et dirigés par un triumvirat constitué de trois prélats portant le titre de cardinal. C’est la Curie Romaine qui accorde ou pas le droit à la création d'un consistoire pontifical.

    - Le cardinal "Romain", il siège également à la Curie romaine et doit être bilingue francophone. - Le cardinal "Chamberlain" - Le cardinal "Primat" (dans les Consistoires il n'y a pas d'évêque Primat)



§2: La mission des consistoires est de maintenir l'unité dogmatique des fidèles et de gérer les spécificités linguistiques et culturelles des fidèles sous leur juridiction.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

1) Maintenant, à l'aide de cette carte conçue par Son Éminence MrGroar Cardinal National Électeur, dites-moi dans quelle paroisse, diocèse, province et primatie vous êtes.



2) Dîtes-nous aussi :


    1 : Quel est le rôle de la curie?2 : Que dirige un évêque?3 : À quelles charges peut-il nommer?4 : Qui sont les intervenants au niveau paroissial ?5 : Dans un diocèse métropolitain on retrouve 6 conseillers diocésiens, mais dans un diocèse suffrageant on ne les retrouve pas tous. Quels sont donc ceux que l'on ne retrouve pas ?6 : Que sont les titres des cardinaux suffragants constituant un consistoire?7 : Quels sont les pouvoirs des assemblées épiscopales versus ceux de la curie?


Vous êtes prié de répondre à ces questions en faisant des phrases construites et simples.

3) Troisièmement, nous nous excusons de vous demander tant pour votre première leçon, mais aimerions que vous fassiez une petite recherche à Rome pour répondre à deux questions, qui sont en fait de mini recherches.


  • 1) Quels sont les rôles, domaines et/ou champs d'actions des 5 congrégations romaines?
  • 2) Quels sont actuellement les consistoires existant au sein de l'Église Aristotélicienne?


Vous êtes prié de répondre à ces question aussi en faisant encore des phrases construites et simples.

4) Finalement, classez en ordre d'importance, du plus haut placé au plus bas, si je puis dire, ces charges de l'Église.

Vicaire Paroissial - Cardinal - Chapelain - Archevêque Métropolitain - Vicaire Diocésain - Curé - Évêque Suffragant - Pape - Chanoine (Conseiller Diocésain) - Archidiacre


=> Rome

Tenez petit nieuling, répondez moi en Missive Primatiale et faites moi un Res Parendum (de5 lignes) quand vous avez répondu

Puis elle retourna à son office

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ivinbir
Visiteur


Nombre de messages : 9
Date d'inscription : 01/03/2014

MessageSujet: Re: [rp] licence d'Ivinbir   Sam 1 Mar - 20:26

Ivinbir pris sa plume et commenca a écrire les réponse
alors alors
puis une envie pressante le dérangea il fallait tout laisser en plan descendre tous les escaliers pfffff
il revint la salle d'étude était vraiment triste avec son unique fenetre
monseigneur je vous envoie ca par missive
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tokai
Evêque du Puy
Evêque du Puy
avatar

Nombre de messages : 476
Date d'inscription : 25/11/2008

MessageSujet: Re: [rp] licence d'Ivinbir   Sam 1 Mar - 21:04

Tres bien répondu, tu comprends bien Rome et ses dédales...Voici la suite :

tokai a écrit:
Séminaire saint-benoît : Niveau 2, Volet 1 : Droit Canonique : Leçon 2 : Les Statuts et le Dogme (Livre Préliminaire 0-1 et 0-3)

Préambule:

La Sainte Eglise de Dieu fut instituée par l'accord commun des héritiers d'Aristote et des disciples de Christos. Ces sages, conscients de la faiblesse humaine, voulurent que les enseignements des élus de Dieu soient transmis par des hommes qui garderaient intacts le dépot de la sagesse et de la révélation.

Dans ce but, l'Eglise, afin d'accomplir au mieux sa mission divine, a décidé d'instituer des rêgles claires et précises, permettant ainsi l'efficace développement de son activité salvatrice. Ainsi une entorse à cette charte pourrait mettre en péril l'Eglise même, dans son fonctionnement et dans sa sainteté. C'est pourquoi nous maudissons ceux qui, dans leur fol orgueil, auraient l'audace d'y contrevenir et de mépriser les lois divines de la Sainte Eglise Aristotélicienne.


Le peuple Aristotélicien

Art 1: Tout être humain, quel qu’il soit, a un des statuts suivants: hétérodoxe, croyant, fidèle ou prêtre.

Art 2: Une personne ne peut recevoir que les sacrements autorisés par son statut.

Art 3: Est hétérodoxe celui qui se trouve en dehors de la communauté des croyants, soit parce qu'il est excommunié soit parce qu'il ne partage pas la foi Aristotélicienne ou ne partage pas le droit canon de l'Eglise Aristotélicienne.

Art 4: Un hétérodoxe ne peut recevoir que le sacrement de la confession.

Art 5: Est croyant l'être humain qui n'est pas excommunié, qui partage la foi Aristotélicienne et qui respecte le droit canon de l'Eglise Aristotélicienne.

Art 6: Un croyant peut recevoir les sacrements de la confession et du baptême.

Art 7: Est fidèle le croyant qui a reçu le sacrement du baptême.

Art 8: Le fidèle peut recevoir les sacrements de la confession, du mariage, de l’ordination et des funérailles.

Art 9: Il faut avoir le statut de fidèle pour prétendre à celui de marié ou de prêtre.

Art 10: L'excommunication est la peine canonique qui retire le sacrement du baptême au fidèle, ce qui lui donne le statut d'hétérodoxe.

Art 11: Un fidèle excommunié perd non seulement le statut de fidèle, mais aussi celui de prêtre.
Il perd aussi l’effet du sacrement du mariage, et tout titre honorifique donné par l’Eglise.


Art 12: Est marié le fidèle qui a reçu le sacrement du mariage.

Art 13: Le marié peut recevoir les sacrements de la confession et des funérailles.

Art 14: Est prêtre le fidèle qui a reçu le sacrement de l’ordination.

Art 15: Le prêtre peut recevoir les sacrements de la confession et des funérailles.


Le Dogme

Art 1: L’Eglise Aristotélicienne est l’institution spirituelle et universelle qui vise a aider tous les enfants de Dieu à échapper à l’Enfer lunaire et à atteindre le Paradis solaire.

Art 2: L'Eglise Aristotélicienne est seule détentrice de la vérité divine et toutes personnes n’étant pas croyants aristotéliciens sont hétérodoxes et se vouent donc d’elles-mêmes à la damnation éternelle.

Art 3: Les hétérodoxies sont les croyances fausses qui contredisent le dogme aristotélicien et induisent en erreur les enfants de Dieu.

Art 4: Les hétérodoxies sont de quatre types: schisme, hérésie, paganisme et athéisme.

Art 5: Une hétérodoxie ne pourra être tolérée que selon le bon vouloir de la Curie, dans le cadre d'un concordat qui fixera les libertés accordées par cette tolérance.

Art 6: L’Eglise Aristotélicienne prend son nom du prophète Aristote, qui fut le premier à révéler la vérité divine.

Art 7: L'Eglise Aristotélicienne fut fondée par le messie Christos, le second et dernier prophète, qui a complété la première révélation aristotélicienne.

Art 8: Il n’est pas d’autre prophète qu’Aristote et Christos et leurs révélations cumulées donnent le message divin, parfait et immuable.

Art 9: Bien que surpassant les autres enfants de Dieu en gloire et en vertu, Aristote et Christos ne sont pas de nature divine, mais humaine.

Art 10: L’intégralité du dogme aristotélicien est regroupée dans le Livre des Vertus. (1)

Art 11: Les textes que contient le Livre des Vertus sont sacrés et la vérité du moindre de ses éléments ne peut être remise en cause, sous peine d’être hétérodoxe.

Art 12: Les saints étant les défunts aristotéliciens dont la vie fut exemplaire, tous les aristotéliciens se doivent de les honorer et de s’inspirer d’eux dans leur propre vie spirituelle.

Art 13: Pour qu’une personne soit déclarée sainte, il faut qu’elle soit morte, qu’elle ait vécu en modèle de vertu, que son hagiographie ait été rédigée, et validée par la Curie puis par les fidèles.

Art 14: Une hagiographie étant un texte sacré, toute critique ou remise en cause de ceux-ci est un acte d'hétérodoxie.

Art 15: Tous les humains étant enfants de Dieu, aucune ségrégation basée sur d’autres critères que la foi, la vertu et le mérite ne doit avoir lieu au sein de l’Eglise Aristotélicienne.


De l'Ordination ou Prêtrise

Art 1: Les vagabonds ne pourront pas être ordonnés, sauf s'ils peuvent se déplacer et devenir des missionnaires vagabonds.

Art 2: Les paysans et artisans peuvent se faire ordonner, mais devront être encouragés à prendre la voie de l'Église ou de la médecine. S'ils choisissent l'armée, ils devront définitivement renoncer aux armes ou se faire défroquer, et s'ils choisissent l'Administration ils devront le faire pour la défense de l'Église au sein des institutions.

Art 3: Les théologiens (voie de l’Église aristotélicienne) peuvent et seront encouragés à se faire ordonner.

Art 4: Les médecins (voie de la médecine) seront autorisés à se faire ordonner s'ils choisissent d'exercer au sein d'un ordre religieux, ou comme médecin paroissial.

Art 5: Les fonctionnaires (voie de l’état) devront justifier leur volonté d'ordination.

Art 6: Les militaires (voie de l’armée) ne pourront pas se faire ordonner de par l’incompatibilité entre la fonction de soldat et le statut de prêtre.

Art 7: Un fidèle à charge de famille, ne pourra se faire ordonner que si la famille dont il la charge, et en particulier les jeunes enfants ne seront pas lésés par son élévation à la prêtrise. Une étude au cas par cas devra être faite avant la cérémonie. Dans le cas d'un fidèle marié, mais sans enfants il suffira de l'autorisation du conjoint, et dans ce cas l'ordination annule le sacrement du mariage.

Art 8: La vie spirituelle des prêtres est centrée sur leur responsabilité pastorale. C'est au cœur de leur ministère apostolique que les prêtres vivent leur propre chemin spirituel. L’éducation aristotélicienne et civique, la célébration de la messe et la charité du pasteur sont les sources de leur vie spirituelle. Le prêtre doit pouvoir être montré en exemple comme Christos et Aristote sont leur exemple.

Art 9: Certains prêtres voudront compléter leur vie spirituelle en s'impliquant dans la "société laïc". Dans ce cas le prêtre qui choisit cette route, doit le faire uniquement s'il peut le faire en tant que prêtre et donc en prônant le message divin. Si à un moment sa charge entre en opposition avec son statut de prêtre, il devra se faire remplacer plutôt que de prendre des décisions contraires au message aristotélicien.
Seul le baptisé remplissant les conditions susmentionnées, formé aux règles de l’Église et conscient de prendre l’engagement à vie de servir Dieu à travers l’Église aristotélicienne pourra être ordonné après avoir fait ses vœux.  

Art 10: Seul un prélat pourra élever un baptisé à la prêtrise. Dans des cas exceptionnels, un prêtre particulièrement reconnu pour sa participation au service de l’Église et de la vraie foi pourra être autorisé par la curie à élever à la prêtrise sans faire partie du haut clergé.
Les prélats sont les cardinaux, les Évêques, les Abbés et Recteurs reconnus par Rome. Les prêtres ayant une charge spécifique au sein du clergé régulier et accrédité par la congrégation de la diffusion de la foi peuvent aussi conduire à l'élévation les membres de leur ordre religieux.

Art 11: Le candidat doit s’engager devant Dieu, un prélat et un autre prêtre sur quatre points.


  • À ne pas porter d’arme de combat à l’exception des armes d’apparat liée à la noblesse ou au coutumier.
  • À ne pas fonder de famille, de ce fait il fait vœux de chaste célibat et ne pourra adopter.
  • À être exemplaire : il devra privilégier l'étude à la recherche de biens temporels. Il fera le nécessaire selon son rang et son statut dans la société, pour recevoir son accréditation de « Théologien de l'Église aristotélicienne, universelle et romaine » et mettre ses capacités au service de la vraie foi et des fidèles en général.
  • À la triple obéissance : obéissance à la hiérarchie instaurée par Christos, l’obéissance aux dogmes, l’obéissance au droit canon.


Art 12:Une fois les vœux fait, il pourra être élevé à la prêtrise pour servir Dieu, l’Église et l’Humanité.


_____________________________________________________________


Questions:

I) Quel est la mission de l'Eglise?

II) Quel est le sacrement qui définit un fidèle?

III) Quel est le rôle du clerc dans l'Eglise? Quelle est la différence entre un clerc et un prêtre?

IV) Quels sacrements un fidèle peut-il recevoir?

V) Qu'est-ce qu'une hagiographie?

VI) Qu'est-ce que le Livre des Vertus?

VII) Quels sont les restrictions pour devenir prêtre?

VIII) Sous quelles fonctions un étudiant en voie de la médecine peut-il servir l'Église comme prêtre?

IX) Un prêtre peut-il faire de la politique? À quelles conditions?

X) En quoi consistent les voeux que doivent prononcer un aspirant à la prêtrise?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ivinbir
Visiteur


Nombre de messages : 9
Date d'inscription : 01/03/2014

MessageSujet: Re: [rp] licence d'Ivinbir   Dim 9 Mar - 20:45

il reprit sa plume les doights de sa main droite s'engourdissaient
hmmm il traca des lignes pour bien départager les différents chapitres
puis retourna au fond de sa cellule s'allonger avec les questions dans les mains
il s'agenouilla sur le lit écrivit sur un brouillon quelques réponse ca y est plus qu'a tout mettre au propre
il retourna a son pupitre et écrivit les réponses au propre

je vous renvoi ca par missive monseigneur
il peina a cacheter son enveloppe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tokai
Evêque du Puy
Evêque du Puy
avatar

Nombre de messages : 476
Date d'inscription : 25/11/2008

MessageSujet: Re: [rp] licence d'Ivinbir   Dim 9 Mar - 20:49

Mais c'est très bien tout cela, maintenant on va parler d'amour

tokai a écrit:
Séminaire saint-benoît : Niveau 2, Volet 2 : Théologie : Leçon 3: La Création

Bien, alors la Création est la première partie du Livre I, intitulé le Mythe aristotélicien, qui compose le Livre des vertus.
Le Livre de la Création est composé de huit chapitres qui sont :

- I : L'univers
- II : La vie
- III : Les créatures
- IV : Le doute
- V : La réunion
- VI : La question
- VII : L'amour
- VIII : La décision

Citation :
RESUME DE LA CREATION

A l’origine, seul Dieu existait, le reste n’était que Néant. Dieu décida donc de se faire Créateur afin d’avoir quelque chose à aimer. Il créa donc l’Univers et le Monde. Mais Sa création ne pouvait l’aimer en retour. La vie fut alors inventée, mêlant la matière à l’esprit, une chose où Dieu avait mis le plus de lui : il peut penser et ressentir, donc aimer. L’esprit est une chose supérieure, elle tend à se rapprocher de Dieu.

Toutes les créatures se ventaient chacune d’être la préférée de Dieu. Seule une avait l’impression d’être la lie de la Création : l’espèce humaine. Dieu le vit, et il décida de réunir toute les espèces pour déterminer laquelle serait celle des enfants de Dieu.
Dans une grande plaine, toute la Création fut réunie, et Dieu posa une question…
“Vous vivez grâce à Moi, car Je suis votre créateur. Vous vous nourrissez, vous vous reproduisez, vous élevez votre progéniture. Mais vous ne savez pas pourquoi vous vivez. Selon vous, quel sens ai-Je donné à la vie?”.

Le silence lui répondit jusqu’à ce qu’une créature s’avance et dise que selon elle le sens de la vie était la domination du plus fort sur le faible. Mais Dieu, au lieu de la féliciter, se tût.

Alors, il poussa un humain, que l’on disait faible d’esprit, à prendre la parole et à donner sa réponse. Cet homme était Oane et il répondit que le sens de la vie était l’Amour : Dieu aimait sa création et la création devait aimer Dieu. Dieu fit donc des hommes ses enfants, leur esprit devint l’âme et ils reçurent la domination des autres espèces qui perdirent l’usage du langage.

La créature qui avait fait l’apologie de la violence fut, quant à elle, chargé de tenter les hommes par le vice.

la création





Citation :
Création I: L’univers

Au commencement, il n’y avait que Dieu.

Il n’y avait encore ni matière, ni énergie, ni mouvement. Il n’y avait même pas le vide, comme celui qui aujourd’hui sépare le monde des étoiles, car même le vide est quelque chose. Non, ce qui Le composait alors, c’était le Néant. Cela ne se définit pas comme l’absence de tout chose car, lorsque l’on dit de quelque chose qu’il est absent, nous avons conscience de la possibilité de son existence. Le Néant, c’est lorsque même l’idée de l’existence est impossible. Sauf pour Dieu.

Mais Dieu est supérieur à tout, y compris au Néant. Il n’a pas de commencement ni de fin. Il est donc l’Infini et l’Eternel. Il est l’Être Parfait, sur qui rien n’a de prise, rien ne peut agir, rien ne peut interférer. Il Lui suffit d’une simple pensée pour que quelque chose passe du Néant à l’Existence et d’une autre simple pensée pour que cela retourne de l’Existence au Néant. Tout Lui est donc possible et tout Lui doit donc son existence.

Dieu est la Matière Première à partir de laquelle tout est créé. La matière, l’énergie, le mouvement et le temps sont eux-même composés de Lui. Ceci fait que tout ce qui existe, ainsi que le Néant lui-même, fait partie de Lui. Il est aussi le Créateur de toutes choses. C’est Lui qui crée tout ce qui existe et lui donne sa forme et son contenu. Il est enfin le Très Haut, car Il est la cause même de l’existence de toutes choses, y compris du Néant.

De ce fait, Dieu sait tout, car le savoir même fait partie de Lui, est créé par Lui et trouve sa cause en Lui. On dit ainsi qu’Il est omniscient. De plus, Il est partout car, aussi loin que l’on aille, on se trouve toujours en Lui. On le qualifie donc d’omniprésent. Enfin, Il peut agir partout car, étant partout et sachant tout, rien ne peut entraver Son action.

Dieu pensa et un point minuscule apparut. Ainsi, par la création de cet unique minuscule point, Il venait de faire disparaître le Néant. Dorénavant, Il serait composé de l’Existence et du vide, mais plus du Néant. Il décida de nommer ce point minuscule “univers” et le fit exploser en une myriade d’étoiles, qui vinrent peupler le vide. Jamais plus, elles ne cessèrent de resplendir au firmament céleste.

Alors Dieu créa les deux mouvements: les choses lourdes iraient vers le bas et les choses légères vers le haut. Il créa également les quatre éléments. Le plus lourd était la terre. Puis venaient l’eau, le vent et le feu. Il les disposa dans l’ordre hiérarchique de leur pesanteur. La terre se trouvait donc au centre. Elle fut recouverte par l’eau, elle-même recouverte par l’air. Enfin, le plus léger des éléments, le feu, vint couvrir le tout.

Cette boule de matière, Dieu la nomma Monde. Afin que mouvement se fasse, Il entreprit de défaire l’ordre hiérarchique des éléments. Il plaça le feu au centre de la terre et l’eau dans le ciel, au-dessus de l’air. Les éléments bougeaient, alternant ordre et désordre, retournant systématiquement du désordre à l’ordre. Dieu se plaisait à voir comment Sa création se mouvait pour correspondre à l’ordre hiérarchique de leur pesanteur.

Spyosu

la réunion




Citation :
Création: extrait de V la réunion (...)Alors, Dieu décida que le temps était venu de donner sa véritable place dans l’univers à l’espèce dans laquelle se trouvait la seule créature qui comprenait l’amour, seul véritable sens de la vie. Il se dit qu’il fallait éprouver l’amour que Ses créatures avaient pour Lui. Pour ce faire, Il décida de réunir toutes les créatures du monde en un seul endroit et de leur demander ce qu’était la vie. Ce qu’Il ferait d’elles dépendrait de leurs réponses.

Alors, d’une seule pensée de Dieu, toutes les créatures du monde entier furent au courant de la convocation divine. Sans attendre, elles se mirent en route. Il existait une gigantesque plaine verdoyante sur un continent verdoyant. C’était là que le monde entier devait se réunir pour entendre la question divine. C’était là que le sort de l’univers allait se jouer. (...)



Questions

1) Qu’est-ce que le Néant ?

2) Quels sont les qualificatifs de Dieu donnés par le texte ?

3) Que crée Dieu au départ ? Comment nomme-t-il sa première création ?

4) Que crée-t-il ensuite ?

5) Comment fait-il pour que le mouvement existe ?

6) Décrivez la grande réunion des créatures, ses participants, ce que vous pensez que sont ses objectifs.

7) Quel est le sens de la vie, pourquoi vivons-nous? Comment cela doit régir nos vies spirituelles au quotidien? *


lecture conseillée : la création

* Pour cette question, on vous demande d'aller lire «L'Amour», dans le Livre des Vertus. Vous pouvez trouver ce texte In Gratebus à la Cathédrale ou en visitant le lien ci-haut.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tokai
Evêque du Puy
Evêque du Puy
avatar

Nombre de messages : 476
Date d'inscription : 25/11/2008

MessageSujet: Re: [rp] licence d'Ivinbir   Dim 9 Mar - 20:51

Tiens voilà une autre leçon, tu réponds aux deux en respectant la procédure

tokai a écrit:
Séminaire saint-benoît : Niveau 2, Volet 2 : Théologie : Leçon 4: La Pré-Histoire

C'est la deuxième partie du Livre I du Livre des Vertus intitulé Le Mythe Aristotélicien.
Il est subdivisé en 8 chapitres.

I: Oanylone
II: Le travail
III: L'acédie
IV: Les péchés
V: Le roi du péché
VI: La punition
VII: L'exode
VIII: Le paganisme

Résumé de la Pré-Histoire

Citation :
Les hommes, devenus les enfants de Dieu, suivent Oane. Celui-ci, qui était considéré comme simple d’esprit, par sa réponse à Dieu est devenu le guide de la communauté. Il la conduit donc dans un endroit où une ville pourra être construite et meurt à l’arrivée, dans l’espoir d’une vie meilleur. Les hommes construisent donc une ville : Oanylone et décide que la tombe de leur guide sera un lieu de recueillement et de prière à Dieu.

Les hommes travaillaient six jours à leur subsistance comme leur avait conseillé Dieu et gardaient le septième pour la prière. Mais il fallut de moins en moins de temps pour travailler et les hommes sombrèrent peu à peu dans l’acédie. Ils paraissaient de plus en plus souvent et même le septième jour au lieu de prier.

Après l’acédie, ce fut d’autres pêchés qui apparurent à la chaîne : la gourmandise, l’orgueil, l’avarice, l’envie, la colère, la luxure. Cette débauche était encouragée par la Créature Sans Nom qui voulait prouver à Dieu qu’elle avait raison lorsqu’elle affirmait que le fort devait dominer le faible.

Alors Dieu intervint. Il décida de donner une leçon au genre humain. Dans sept jour, il détruira la ville. Tout ceux qui s’y trouveront encore mourraient et seraient envoyés dans la Lune, sauf si ils se repentaient, alors le soleil les accueilleraient.

La plupart quittèrent la ville et se livrèrent au paganisme jusqu’à ce qu’un prophète : Aristote leur arrive.

Les autres se regroupèrent autour de prêcheurs : sept qui prêchaient le vice et la non-puissance de Dieu : Azazel qui prônait la gourmandise, Asmodée la luxure, Belial l’orgueil, Lucifer l’acédie, Belzébuth l’avarice, Léviathan la colère et Satan l’envie. Ceux là allèrent en Enfer et devinrent les démons.

Mais d’autres se regroupèrent autour de sept vertueux et devinrent les anges. Ces sept sont : Gabriel prêchant la tempérance, Georges l’amitié, Michel la justice, Miguaël le don de soi, Galadrielle la conservation, Sylphaël le plaisir et Raphaëlle la conviction.

Pré-Histoire I - Oanylone

Citation :
Les humains étaient désormais les enfants de Dieu. Cela avait pour conséquence qu’ils étaient maintenant dotés dune âme, qui serait jugées à la fin des temps en fonction de leur pratique de la vertu. De plus, cela faisait qu’ils étaient maintenant voués à travailler pour assurer leur subsistance. Les autres créatures de la création, exceptée celle que le Très Haut n’avait pas nommé, leur étaient soumises. Les humains pouvaient ainsi les cultiver et les élever pour s’en nourrir.

Dieu n’intervint plus dans le monde, laissant Ses enfants vivre et prospérer. Il avait donné à la créature qu’Il n’avait pas nommée la liberté de les tenter pour qu’ils doivent avoir à choisir entre le chemin de la vertu et celui du péché. Etant omniscient, Il savait déjà comment serait leur avenir, mais il voulait que ce soit à eux de faire leurs preuves, sans les juger par avance.

Oane, celui qui avait correctement répondu à Dieu, était maintenant passé du statut simple d’esprit de la communauté à guide de celle-ci. Il ne rechignait pas à la tâche. Il les conduit à travers le monde se trouver un lieu propice à leur épanouissement. Pendant des années, ils traversèrent des déserts, des montagnes et des plaines du monde entier. Oane s’affaiblissait tout au long de ce périple, mais il n’abandonna jamais.

Finalement, le jour vint où ils trouvèrent une vallée propice à leur établissement. Il s'y trouvait un lac, qui semblait foisonnant de poissons. De vastes espaces étaient propices à l’élevage et à la culture. Les forêts environnantes fourniraient du bois. Il y avait même un verger, où poussaient de nombreux arbres fruitiers. La vallée se trouvait au pied d’une montagne, d’où des minéraux, tels que de l’or, du fer ou du charbon, pouvaient être extraits.

Oane était ravi que sa quête soit enfin arrivée à son terme. Il admirait la plaine du regard lorsqu’il s’effondra. Tous s’attroupèrent autour de lui pour lui venir en aide. Quelques uns tentaient de le maintenir dans une position presque assise, mais il était clair pour tous qu’il vivait ses derniers instants. Mais, malgré le tragique de l’événement, alors que tous étaient effarés, Oane arborait un sourire plein de sérénité.

Il dit: “N’ayez crainte, car ma mort n’est qu’un passage pour rejoindre Dieu. J’ai atteint la place que Dieu m’a réservé dans le monde et ait accompli ce qu’Il attendait de moi. La mort n’est pas pour moi la perte de la vie mais le passage vers une autre, bien meilleure. Il en sera de même pour vous si vous savez vivre dans la vertu. Alors, que vos larmes ne soient pas de tristesse mais de joie, car le Très Haut me fait le plus beau des cadeaux. Aimez Le et Il vous aimera. Adorez-Le et Il vous bénira. Vivez dans la vertu et Il vous accueillera à Ses côtés.”

Alors, il rendit son dernier soupir. Et tous se regardèrent les uns les autres, ne comprenant pas cette sérénité qui s’affichait encore sur le visage de leur guide. Ils enterrèrent son corps au milieu de la vallée, là où ils vivraient dorénavant. Ils firent le serment que, chaque semaine, ils se réuniraient autour de sa tombe, afin qu’il les accompagne et les guide lorsqu’ils rendraient hommage à Dieu.

Mais aucun ne comprit l’amour qu’avait Oane pour Dieu lui fasse accepter la mort avec autant de sérénité. Mais personne ne voulait lui faire le moindre reproche, à lui qui avait tant fait pour eux. En hommage à sa vie au service des humains et de Dieu, ils décidèrent de nommer la cité qu’ils allaient construire Oanylone, “la cité d’Oane”.

Spyosu

L'acédie



Citation :
Dieu n’intervint plus dans le monde, laissant Ses enfants vivre et prospérer. Il avait donné à la créature qu’Il n’avait pas nommée la liberté de les tenter pour qu’ils doivent avoir à choisir entre le chemin de la vertu et celui du péché.

Les Démons et les Archanges

Citation :
Azazel s’était abandonné à la gourmandise, Asmodée à la luxure, Belial à l’orgueil, Lucifer à l’acédie, Belzébuth à l’avarice, Léviathan à la colère et Satan à l’envie. Suivant les conseils de la Créature Sans Nom, ils prêchèrent la rébellion contre Dieu, affirmant que seule la jalousie Le motivait dans sa décision de punir les humains. Ils ajoutaient qu’Il était faible et ne pourrait jamais mettre Sa menace à exécution. Nombre d’humains les écoutaient avec attention.

Sept humains avaient cependant compris quelle erreur ils avaient commis. Leur noms étaient Gabriel, Georges, Michel, Miguaël, Galadrielle, Sylphaël et Raphaëlle. Ils prêchèrent l’humilité, affirmant qu’il fallait accepter la punition pour se laver de ses péchés. Le discours de chacun témoignait des vertus qu’ils s’étaient mis à incarner. Gabriel faisait montre de tempérance, Georges d’amitié, Michel de justice, Miguaël de don de soi, Galadrielle de conservation, Sylphaël de plaisir et Raphaëlle de conviction. Seule une poignée d’humains était sensible à leurs paroles, mais la pureté de la foi de chacun d’entre eux valait le vice de cent pécheurs.




Questions


1° Pouvez-vous, après avoir lu le texte, m’expliquer cette phrase qui résume une situation ? Pourquoi ceci est-il important dans notre vie ?

"Dieu n’intervint plus dans le monde, laissant Ses enfants vivre et prospérer. Il avait donné à la créature qu’Il n’avait pas nommée la liberté de les tenter pour qu’ils doivent avoir à choisir entre le chemin de la vertu et celui du péché."


2.Quel est le rapport existant avec la phrase citée précédente et celle-ci:

"N’ayez crainte, car ma mort n’est qu’un passage pour rejoindre Dieu. J’ai atteint la place que Dieu m’a réservé dans le monde et ait accompli ce qu’Il attendait de moi. La mort n’est pas pour moi la perte de la vie mais le passage vers une autre, bien meilleure. Il en sera de même pour vous si vous savez vivre dans la vertu."


3."Les autres créatures de la création, exceptée celle que le Très Haut n’avait pas nommé, leur étaient soumises."

La domination que nous avons sur les autres créatures nous permet elle de les tuer pour notre bon plaisir ? Pourquoi ?


4.Dans le texte, les humains commencent à se retrouver autour de la tombe d’Oane afin de prier.
La façon dont est traité Oane ne rappelle-t-elle pas un statut qui est parfois donné aux hommes de nos jours ?
Pouvez-vous expliquer ce statut ?
La façon dont ces hommes et ces femmes se réunissent ne préfigure pas un usage que nous avons, nous aristotéliciens?


5. Que représentent selon vous les archanges et les démons dans la spiritualité d'aujourd'hui?


Travail


Pouvez-vous choisir l'hagiographie d'un archange et nous décrire, en quelque lignes, sa vie, son message? Pour ce faire, vous devrez consulter l'index de la bibliothèque romaine pour choisir un archange. Vous trouverez alors son hagiographie dans le livre 3.


Pour réaliser le Travail : L'Index du Livre des Vertus
Lecture conseillée : La Pré-Histoire

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ivinbir
Visiteur


Nombre de messages : 9
Date d'inscription : 01/03/2014

MessageSujet: Re: [rp] licence d'Ivinbir   Dim 9 Mar - 21:14

Houlaaa pré histoire neant on arrivait dans le dur.
il reprit sa plume... mince elle se cassa
il retourna son sac pour en trouver une autre
il tailla sa plume lentement
puis se relanca avant sur un broullon
puis remit ses question au propre

bon voila je vous envoie ca au olus vite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tokai
Evêque du Puy
Evêque du Puy
avatar

Nombre de messages : 476
Date d'inscription : 25/11/2008

MessageSujet: Re: [rp] licence d'Ivinbir   Dim 9 Mar - 21:19

C'est pas mal, améliore ta pensée sur l'amour mais bon, ca passe

tokai a écrit:
Séminaire saint-benoît : Niveau 2, Volet 2 : Théologie : Leçon 5: L'Éclipse

C'est la troisième partie du Mythe Aristotélicien, elle est subdivisée en 8 chapitres.

I: La lune
II: Le brouillard
III: La plaine
IV: Les galeries
V: Le pic
VI: Le soleil
VII: Le Paradis
VIII: La résurrection

Citation :
RESUME

Par une belle journée, Sypous se promenait et observa un phénomène étrange. La lune était présente en plein jour : le paradis et l'enfer étaient près l'un de l'autre. Bientôt la lune passa même devant le soleil, provocant l'obscurité.
Tandis que Sypous observait avec appréhension ce phénomène, quelque chose d'encore plus étrange arriva. Un arc en ciel de couleur partant de la lune pour arriver jusqu'au pied de Sypous s'était formé. Il monta dessus pour marcher jusqu'à la lune.
Il rencontra les 7 démons les uns après les autres :
- Asmodée, Prince de la Luxure
- Belial, Prince de l’Orgueil
- Satan, Prince de l’Envie
- Léviathan, Prince de la Colère
- Azazel, Prince de la Gourmandise
- Belzébuth, Prince de l’Avarice
- Lucifer, Prince de l’Acédie
Chacun lui expliqua le pêcher qui menait à lui.
Puis il vit sept anges se poser devant lui. Ils l'emmenèrent sur le soleil où il fut accueilli par Aristote et Christos. Puis Dieu lui posa une question : “Toi, l’humain que les tiens nomment Sypous, tu es venu à Moi, découvrant tout ce qu’un humain pourra connaître après sa mort. Tu as visité chacun des sept Enfers, où tu as rencontré chacun des Princes-démons, qui se sont présentés à toi, conformément à Ma volonté. Qu’as-tu retenu de tes périples?”
Sypous répondit : “J’ai compris le sens du Salut. Lorsqu’un humain a vécu dans la vertu, s’étant ainsi conformé à Ta divine parole, transmise par le prophète Aristote et par Christos, le messie, Tu lui accordes le droit d’accéder en ces lieux, au Paradis, au sein du soleil. Si il se détourne de la vertu, refusant d’écouter Ta divine parole, qu’il s’abandonne aux plaisirs terrestres, à l’égoïsme, à la tentation, à de fausses divinités, Ton infinie sagesse t’amène à l’envoyer en Enfer, dans la lune, pour y être puni pour l’éternité. Tu nous aime, mais c’est également à nous de T’aimer.”
Dieu dit: “Maintenant, le temps est venu pour toi de faire ton choix. Tu peux décider d’accepter la mort. Dans ce cas, je jugerait toute ta vie, les moments où tu as su oeuvrer pour la vertu et ceux où tu t’es détourné d’elle. Si, alors, Je juge que tu le mérite, tu rejoindra les élus pour une éternité de joie et de bonheur. Mais si Je juge alors que ta vie n’a pas été assez vertueuse, tu connaîtra une éternité de tourments en Enfer. Mais, si tu penses que ton temps n’a pas encore été accompli, que tu n’as pas encore fait tes preuves devant Moi, tu peux décider de revenir à la vie.”
Sypous choisi la résurrection.Dieu dit alors: “Depuis que J’ai décidé de changer l’esprit des humains en âme, afin qu’elle soit jugée à leur mort, chacun d’eux parcourt le chemin qui t’a conduit à Moi, et Je pose la même question à chacun d’eux. Certains ont la même prudence que toi, d’autres accèdent au Paradis, et d’autres surestiment la qualité de leur vécu et sont envoyés en Enfer.”
“Ceux qui ont opté, comme toi, pour la résurrection ne gardent pas traces de leur périple céleste dans leur mémoire. Ainsi, leur comportement ne change que si la leçon s’est gravée au fond de leur coeur. Mais, afin que tous sachent quel sort terrible les attend si ils se détournent de mon amour, je te laisse exceptionnellement la mémoire. Tu pourra ainsi témoigner de ton périple. Et ton témoignage restera pour les siècles des siècles. Maintenant que tu sais quel tâche Je t’ai confié, retourne à la vie, jusqu’à ce que Je te rappelle pour que tu fasse un nouveau choix.”
Et Sypous se réveilla dans son lit où on lui expliqua que cela faisait 9 jours qu'il était mort


Citation :
L’éclipse II: Le brouillard

Je marchai donc sur un pont rayé de six couleurs, en destination de la lune, sous un ciel d’encre vide de toute étoile. Le trajet me sembla durer une éternité. Mais, alors que je commençais à désespérer de la distance qui me restait à parcourir, je perdis l’équilibre. En effet, les bandes de couleurs qui constituaient le pont que je traversais se mêlèrent en une seule et unique lumière blanche. Celle-ci, telle de l’eau, s'abattait sur la surface de la lune en une cascade laiteuse. Je m’effondrai pathétiquement au sol et, fortement agacé, me relevai, essuyant la poussière de mes vêtements.

Tout autour de moi, je voyais un brouillard blanchâtre peu engageant. Il faisait chaud et moite au sein de cet air dense et irrespirable. J’essayais d’avancer mais mes mouvements était lents et maladroits, tant le brouillard semblait s’agripper à mon corps. Mes pieds s’enfonçaient dans le sol mou et visqueux. J’en venais à souhaiter que le vent se lève afin de disperser cette gangue crémeuse qui m’entourait. Mais ce lieu me donnait l’impression de ne pas avoir connu la moindre brise depuis la nuit des temps. C’était la même atmosphère moite qui régnait depuis. Je me croyais dans un tombeau.

C’est alors que je sentis une longue langue me lécher le torse. Paralysé par la terreur, je m’immobilisai. Regardant autour de moi, je discernai enfin des formes. Elles étaient innombrables et ressemblaient fort peu à des êtres humains. L’une d’elles, de taille gigantesque se dressa face à moi, et je pus en détailler la laideur. Entièrement nu, ce démon avait une peau lisse, gorgée de sueur, et des jambes arquée, entre lesquels les attributs de la masculinité s’affichaient sans pudeur. Je vis également que sa poitrine portait les attributs de la féminité. J’espérais découvrir un visage humain, mais, à la place, se trouvait une gueule semblable à celle d’un serpent, de laquelle sortait une longue langue dressée vers moi.

Le monstre me dit: “ Je suis Asmodée, Prince de la Luxure. Raphaëlle, Archange de la Conviction, est mon opposée. Celui qui se complaît dans l’abus des choses de la chair et dans le nihilisme le plus total vient rejoindre les rangs de mes damnés.” Je ne savais pas quelle réponse donner à une si horrible créature, mais elle n’en attendait pas et s’écarta de mon chemin. C’est alors que je vis un long couloir creusé dans le dense brouillard. Je ne me fis pas prier pour l’emprunter et ainsi échapper à ces bêtes luxurieuses. Le sol était de moins en moins pâteux et devenait de plus en plus sableux. La couleur blanchâtre laissait peu à peu la place à une sombre lueur turquoise.

Au bout d’un temps indéfinissable, j’accédai à une gigantesque grotte. Des piliers titanesques soutenaient sa voûte, que j’avais du mal à discerner, étant donnée sa hauteur. Un lac aux dimensions homériques emplissait les lieux. Son liquide, qu’aucune onde ne venait troubler, irradiait d’une sombre lueur turquoise, colorant ainsi toutes les roches environnantes. Aucune vie ne semblait pouvoir se maintenir en ces lieux. Quelle ne fut pas ma surprise quand je vis, parmi les roches qui s’entassaient le long de la berge des formes obscures se lever. Leurs mouvements étaient lents, maladroits, et peu affirmés.

Elles semblaient devoir faire un effort surhumain pour entrer en mouvement. Je les voyais toutes pleurer leur état déliquescent et amorphe. C’est alors qu’une gerbe de liquide turquoise surgit de lac surface du lac. Une énorme créature à la peau écailleuse et à la longue queue de lézard surgit du liquide. Surmontant une mâchoire titanesque, deux petits yeux d’émeraude me fixaient. Elle me dit: “ Je suis Belial, Prince de l’Orgueil. Miguaël, Archange du Don de soi, est mon opposé. Celui qui a le sentiment de pouvoir vivre hors de la communauté, ou d’être capable d’atteindre le statut de divin, vient rejoindre les rangs de mes damnés.”

Sypous



QUESTIONS:

1. Il rencontre les princes-démons sur la Lune.
Est-ce étonnant ? Oui/Non ? Pourquoi ?

2. Qui sont les “formes ressemblant fort peu à des êtres humains” et les“formes obscures” ?

3. Pourquoi sont-elles a cet endroit-là ? Depuis quand ?
Et pourquoi ne ressemble-t-elle que peu à des êtres humains ?

4. Chaque vice est incarné par un prince-démon. Qui sont les princes-démons ?

5. Il ne parlent pas de la créature sans nom, pourquoi ?

lecture conseillé : l'éclipse



tokai a écrit:
Séminaire saint-benoît : Niveau 2, Volet 2 : Théologie : Leçon 6 : La Fin des temps

C'est la quatrième et dernière partie du Livre I du Livre des vertus. Elle est composée de 5 chapitres :

- I : Le rêve
- II : Le château
- III : L'église
- IV : Le Jugement Divin
- V : Les questions



Citation :
RÉSUMÉ


La Fin des Temps est le récit du songe que Dieu inspira à Ysupso.

Il vit le monde rayonnant dans sa douce tranquillité. Il aperçut les anges et les archanges du Paradis. Puis l’horreur débuta…

Trois jours et trois nuits un terrible orage fit un désastre, puis la température se fit froide. Il neigea et grêla, de nombreux hommes moururent. Puis une accalmie se fit. Les hommes sortirent donc de leurs abris pour courir écouter le duc qui tentait de répondre aux questions qui l’assaillaient. Mais alors la terre se mit à trembler et une tour du château s’effondra écrasant le représentant du pouvoir temporel.

Puis toute la ville s’écrasa… Seule l’église tenait encore et le curé y prêchait le repentir. Les gens l’écoutait mieux qu’à l’accoutumé. C’est alors qu’une tornade s’éleva, balayant le saint édifice, et peu à peu la détruisant, emportant la plupart des hommes s’y étant réfugié. Les quelques survivants virent alors la dernière punition de Dieu…

Tout autour d’eux pris feu. Jusqu’au vent jusqu’alors glacial. Et les hommes prirent feu avec., rien ne resta de leur corps.

Alors Dieu dit à Ysupso pour le rassurer :
“Vois, comment risque de finir le monde que tu aimes tant. Il sera détruit par l’eau, la terre, le vent et le feu. Mais n’aies crainte, car si vous vous montrez vertueux, vous pourrez éviter ces inutiles souffrances. Et que ceux qui vivent dans la vertu ne s’inquiètent pas, car jamais Je n’oublie ceux qui M’aiment.”

Alors de la terre, ceux qui venait de mourir se relevèrent et dans une longue file s’élancèrent vers leur créateur. Alors le monde disparu.

Dieu révéla alors que tout les hommes seraient jugés à leur mort et iraient selon la vie qu’ils ont mené sur le monde, soit en Enfer, soit au Paradis. Il dit aussi que le monde disparaîtra ainsi qu’Il l’a montré à Ysupso si les hommes écoutent encore en trop grand nombre la Créature Sans Nom comme à Oanylone

Citation :
La fin des temps V: Les questions

Mais nombre de questions n’avaient pas encore trouvé de réponse. Je demandai à Dieu si Il voulait bien éclairer ma lanterne et, dans Sa grande miséricorde, Il accepta.

Je Lui demandai: “Quand serons-nous jugés? Quelles seront les peines et les récompenses que nous aurons?” Il me répondit: “J’ai décidé, lorsque J’ai fais des humains Mes enfants, de leur faire le plus beau des cadeaux: J’ai fais de tous vos esprits des âmes, vous permettant de gagner le Paradis si vous suivez les enseignements d’Aristote et de Christos, mais vous punissant des Enfers si vous vous détournez du chemin qu’ils ont tracé. Vous êtes en cour de jugement tout au long de votre vie. Chaque pensée, chaque parole et chaque action influent sur Ma décision finale. Lorsque chacun de vous meurt, Je décide de votre destination éternelle. Selon que vous avez été vertueux ou pécheur, vous rejoignez les rangs des élus ou des damnés.”

Je Lui demandai ensuite: “Mais à quoi ressembleront les humains qui accéderont au soleil ou à la lune? Ne serons-nous que de purs esprits? Que deviendront nos corps? Que sont ces anges et ces démons?” Il me répondit: “Le corps ne peut vivre sans l’esprit et l’esprit sans le corps, car J’ai fait de la vie l’union de ces deux états. Lorsqu’un humain accède au Paradis ou à l’Enfer, le corps qu’il avait sur le monde est abandonné pour nourrir la vie et un nouveau corps lui est donné en échange. Celui-ci est à l’image de l’esprit de l’humain: il en représente soit la beauté soit la laideur. Les anges sont ceux qui, par leur sainteté, ont obtenu un corps si parfait qu’ils me secondent dans le soleil. Les démons sont ceux qui ont tant vécu dans l’erreur que leur corps n’est qu’horreur et bestialité.”

Je Lui demandai encore: “Le baptême est le sacrement qui consacre l’entrée d’un humain dans la communauté des croyants. Sans ça, il n’y a pas d’accès au Paradis possible. Mais que deviennent les pauvres enfants dont la vie s’achève avant qu’ils aient la chance d’être baptisés?” Il me répondit: “Je vous ai fait élus à votre naissance, car vous tendez naturellement vers Moi. Ce sont vos péchés qui vous détournent de Ma divine perfection.”

“Le baptême permet à la vertu de racheter le péché, permet à l’amour de vaincre l’acédie. Un vertueux qui n’est pas baptisé ne se verra pas effacer ses fautes, car Je n’ai pas béni son entrée dans la communauté de Mes fidèles. Mais ne crois pas que le fait d’être baptisé t’autorise à pécher sans vergogne. Ce sacrement n’est que le moyen de vivre dans la vertu. Mais tous ceux qui n’ont pas été baptisés, qu’ils soient enfants ou adultes, si ils n’ont absolument jamais péché, pourront de même accéder au Paradis.”

Je Lui demandai enfin: “La Fin des Temps aura-t-elle forcément lieu?” Il me répondit: “Non, Je déciderai de détruire le monde si les humains s’abandonnent tant dans le péché qu’ils ont fini par donner raison à la créature à laquelle Je n’ai pas donné de nom. Sache que l’avenir du monde ne dépend que de votre vertu. A vous de respecter la parole que j'ai transmise à Aristote et Christos car, si vous vous comportez comme les habitants d’Oanylone, votre vice liera le sort du monde que vous aimez tant.”

Alors, Dieu me dit que le temps était venu que je retourne chez moi, que mon rêve se finisse, et que je me réveille. Soulagé d’avoir tant appris de Dieu Lui-même, je retournai donc à mon lit douillet, où je me réveillai. Encore troublé par ces révélation, j'entrepris de coucher par écrit ce message de Dieu Lui-même.

Ysupso

Questions :

1) Qu'est-ce qui rentre en compte dans le jugement de Dieu ?

2) Que devient notre corps terrestre à notre mort ? Et notre esprit ?

3) A quoi sert le baptême ?

4) Que risque-t-on si on suit aveuglément la Créature sans Nom ?

lecture conseillée : la fin des temps

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ivinbir
Visiteur


Nombre de messages : 9
Date d'inscription : 01/03/2014

MessageSujet: Re: [rp] licence d'Ivinbir   Dim 9 Mar - 21:32

tres bien mon seigneur j'y travaillerai dans les jour a venir
il prit le nouveau livre puis la nouvelle feuille avec les questions
merci je m'y remet de suite
il retourna au pupitre et gratta de nouveau sur son brouillon
puis remit encore tout au propre
voila votre seigneurie elle est bouclée vous m'en direr des nouvelles
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tokai
Evêque du Puy
Evêque du Puy
avatar

Nombre de messages : 476
Date d'inscription : 25/11/2008

MessageSujet: Re: [rp] licence d'Ivinbir   Dim 9 Mar - 21:38

Une tres bonne lecon vraiment, voici la suite :

tokai a écrit:
Séminaire saint-benoît : Niveau 2, Volet 2 : Théologie : Leçon 7a : Les Prophètes : Aristote

Aristote

Citation :


    RESUMELa Vita d'Aristote, raconte la vie d'Aristote, qui naquit dans une famille grecque et devint l'un des plus éminents prophète de notre religion. Très tôt, le Très-Haut le confronta à l'impossibilité de l'existence de plusieurs divinités. Aristote fut alors capable d'affirmer que seul un dieu unique pouvait exister. Avec son précepteur, Épimanos, Aristote a aussi été capable de prouver que l'humain avait un esprit. Il partit donc pour Athènes apprendre auprès d'un des plus grand maitre, Platon. Platon était d'abord très heureux qu'Aristote fut un disciple aussit brillant, mais les deux philosophes de disputèrent au sujet des idées. Plus tard, Aristote, qui avait déjà prouvé hors de tout doute l'existence de l'esprit, a prouvé la nature sociable de l'homme et a affirmé que l'homme sage devait participer à la vie de la cité. Ses conclusions sur l'amitié faite au cours du repas avec Polyphilos sont aussi très remarquables. Entre temps, il était devenu précepteur et protégé d’Alexandre le Grand et s’installa à Athènes, qu’il dut fuir à la mort de ce dernier, persécuté par ceux qui lui reprochaient sa croyance en un Dieu unique. Il se réfugia alors à Chalcis où il mourut, empoisonné par un esclave originaire d’Athènes.


La Vita d'Aristote est la première partie du Deuxième Livre des Vertus. Elle est composée de trois parties, Dialogues, Panégyrique et le Siège d'Aornos, ainsi que d'une annexe, les Derniers Jours. Les dialogues furent écrits par Saint Lescure d'après divers récits bibliographiques retrouvés, tandis que le panégyrique, le siège d'Aornos ainsi que les Derniers Jours furent écrits par des témoins.

Citation :
Chapitre 3 :

    Depuis quelques mois déja Aristote et sa famille habitaient à Pélas, la ville capitale de la Macédoine. Nicomaque, son père, venait en effet d'être nommé médecin personnel du roi de Macédoine, Amyntas II. Aristote grandissait en sagesse sous la direction éclairé de son precepteur. Un jour, alors qu'Aristote revenait de la palestre, il s'assit sur une fontaine de la cour intérieur de la maison paternelle, et demanda à son precepteur: Aristote: "Maitre, par quelle merveille l'homme peut-il penser, alors que les animaux ne le peuvent point?". Son precepteur, Epimanos, lui répondit: Epimanos: "Qui peut prétendre lire le livre de la nature et en tirer les secrets des dieux? Aristote je te le dis: nous ne savons pas si les animaux ne pensent pas. l'homme pense, cela est certain. Mais les animaux? Sommes nous dans leur esprit?". Aristote: "N'êtes vous pas d'accord noble maitre, que l'homme est sans cesse en quête de nouveauté?". Epimanos: "Oui, certes, il est rare de voir l'homme tenir en place, et se contenter de ce qu'il possède et de ce qu'il sait. " Aristote: "Hélas oui, c'est bien rare, et souvent je me dis qu'il vaudrait mieux pour l'homme d'être heureux dans la vie simple des anciens. Toujours est il que cette recherche incessante se retrouve sans cesse chez l'homme. Mais dis moi Noble Epimanos, cette quête de l'homme, n'est elle pas la preuve la plus évidente de son esprit et de son intelligence? " Epimanos: "Je vois ce que tu veux dire: si l'homme ne cherchait pas sans cesse, alors cela voudrait dire qu'il se contente de ce qu'il a reçu, qu'il n'innove pas, qu'il ne pense pas même. En fait seul cette curiosité de l'homme nous garantie l'existence de son esprit." Aristote: "Effectivement, c'est ce que je voulais dire. Je vois bien que je n'ai rien a t'apprendre. Mais continuons un peu. Tu possèdes un beau chien je crois? Un lévrier?" Epimanos: " Oui, un cadeau de notre roi pour mon comportement à ses cotés lors de la dernière guerre contre les envahisseurs celtes. J'y suis très attaché." Aristote: "Je te comprend. Quand tu élèves ton chien, comment fait tu?" Epimanos: "C'est bien simple: je lui impose de faire quelque chose, et quand il le fait correctement je lui offre une récompense. Et s'il le fait mal je le puni légèrement." Aristote: "Parfait! Une fois dressé, il fera toujours bien ce que tu lui as appris à faire n'est ce pas? Il a compris que s'il ne fait pas ce que tu lui demande il ne sera pas récompensé." Epimanos: " En effet. Mais je ne vois pas où tu veux en venir. " Aristote: " A ceci mon maitre: ce chien si noble et si bien dressé ne fait ce qu'il fait qu'en vertu de ce que tu lui as appris. Il ne le fait pas de sa propre initiative et une fois dressé il n'est plus en mesure de changer. N'êtes vous pas d'accord?" Epimanos: " Il est vrai que pour le faire changer il faudrait le dresser à nouveau, et le punir alors qu'on le récompensais jadis. Et le pauvre deviendrai fou. Ce serait scandaleux." Aristote: " Oui. Mais n'avons nous pas dit tout à l'heure que c'était la curiosité de l'homme et sa capacité à inventer de nouvelles choses qui montraient que l'homme avait un esprit?" Epimanos: " Nous avons dit cela en effet. Et si je te suis, cela veut dire que les animaux, comme mon chien, qui ne peuvent pas changer de comportement par eux mêmes, n'ont pas le même esprit que l'homme. " Aristote: " Exactement! Il est donc établi qu'il y a une différence entre l'homme et les animaux. Mais laquelle? Le sais-tu? " Epimanos: " Non, je l'ignore. Veux-tu que nous cherchions ensemble une réponse à cela? " Aristote: " Avec joie! Mais pas tout de suite, car je vois mon père revenir de la cour du Roi, et j'ai hâte d'entendre les nouvelles du palais. Portes toi bien! " Epimanos: " Et toi aussi brillant disciple! "


Citation :
Chapitre 12 :

    Aristote cheminait en Attique alors qu'il avait rendu visite à un lointain parent vivant à Thèbes. Il était seul, ayant laissé la responsabilité de son école à ses meilleurs élèves. Mais à une bifurcation, il se trompa de chemin et au lieu de redescendre vers la plaine et la ville, il s'engagea dans les collines. Au bout de deux heures de marches, il se rendit compte de son erreur et avisa une habitation isolée. Il décida d'y aller demander conseil sur la route à suivre. Au fur et à mesure qu'il s'approchait, il se rendit compte que ce qui de loin passait pour une maison n'était une mauvaise cabane adossée aux rochers, masquant grossièrement l'entrée d'une grotte. Il frappa à la porte et héla, on vint lui ouvrir. L'homme, âgé, était à peine vêtu, et seulement de haillons. Il était maigre et hirsute. Aristote : "Bonjour, vieil homme. Je me suis perdu et cherche le chemin de Mégare." Ermite : "C'est si tu y vas, que tu seras perdu." Aristote : "Je n'ai point souvenir que la ville ou les routes alentours soient à ce point peuplées de brigands." Ermite : "Qui donc te parle de brigands. Elles sont peuplées d'humains. C'est déjà bien assez dangereux. " Aristote comprit alors qu'il avait affaire à un ermite. Aristote : "Dis-moi, es-tu heureux ?" Ermite : "Si je suis heureux ? Et comment ! J'ai tout ce qu'il me faut : l'eau de la rivière, des oliviers, un petit jardin. Et comme je ne suis pas maladroit de mes mains, je fabrique ce dont j'ai besoin. Je n'ai besoin de rien, ni de personne. Je suis parfaitement heureux." Aristote : "Un homme ne peut pas se contenter d'une telle vie. Ou alors il n'est pas pleinement." Ermite : "Balivernes ! Je suis le meilleur des hommes." Aristote : "Comment le saurais-tu, toi qui ne connais pas les autres ? Etre un humain, c'est vivre selon la vertu. Et la vertu est une pratique qu'on ne peut exprimer qu'avec les autres. Tu vis bien certes, mais tu ne pratiques aucune vertu puisqu'il n'y a personne avec qui tu puisses la pratiquer. Tu vis comme un ours, indépendant. Mais a-t-on vu un ours faire preuve de vertu ? Tu n'es pas un homme heureux puisque tu n'es même pas un humain. Un humain a des amis, où sont les tiens ?" Ermite : "Mes amis sont la nature, mes oliviers, mes légumes." Aristote : "Une véritable amitié se fait entre égaux. Tu es donc l'égal d'un olivier : planté et immobile. Tu survis en marge de la Cité au lieu d'y participer comme le fait tout véritable humain. Je vais donc te laisser prendre racine, adieu !" Et Aristote reprit sa route, descendant vers Mégare.


Questions :


    1: Selon Aristote, qu'est-ce que distingue l'homme des animaux?2: En quoi cela permet-il à l'humain d'avoir une vie spirituelle?3: Comment Aristote affirme-t-il la nature sociable de l'homme?4: Qu'est-ce que l'ermite n'atteindra jamais?


Lecture Conseillée :

La Vita d'Aristote


///////////////////////////////////////////////////////


tokai a écrit:
Séminaire saint-benoît : Niveau 2, Volet 2 : Théologie : Leçon 7bis : Les Prophètes : Christos

Christos

Citation :
Le statut de Christos


Chapitre premier: La nature de Christos

Dans son infinité bonté Dieu tout puissant n'a pas voulu que l'homme resta abandonné à lui même...

Aristote, le grand prophète qui eu accès à la révélation divine, avait prédit qu’un homme élu de dieu incarnerait l’amitié vertueuse en vouant sa vie aux autres. « Aimez-vous les uns les autres » allait être sa devise.
En effet, jusqu'à l'arrivée de ce messie, les règles de la "solidarité" seront internes à l'ethnie; au-delà de l'ethnie se trouvent des populations à exploiter.

Cet homme élu de dieu arrivera dans une période de débâcle, manifestera la volonté d'aller "enseigner toutes les nations" et il aura contre lui ceux qui refusent cette vision et il comploteront contre lui jusqu'à vouloir le tuer. L’élu aura le choix entre « rentrer dans les rangs » ou se sacrifier pour montrer à dieu que l’homme peut atteindre l’amitié parfaite, vertueuse et unitive jusqu'à se sacrifier pour les autres sans rien attendre en retour.

Chapitre deuxième: les titres de Christos

Il est messie, guide et miroir de la divinité.

Chapitre troisième: Le Salut.

C'est ainsi que Christos est venu parmi nous, mais la haine qui obscurcit les esprits aveuglat les hommes, et rejettant le message d'amour ils le crucifièrent comme on égorge un agneau sans défense. Lui, aimant jusqu'a la fin, Homme parfait pur de tout péché accepta ce sort avec humilité, afin de réparer par son sacrifice volontaire les péchés de tous les hommes passés, présents et futurs et pour établir à jamais l'amitié entre les hommes et avec Dieu.

C'est donc par ce sacrifice que Christos apporta le salut aux hommes, afin qu'ils puissent être sauvés en accomplissant les oeuvres de Dieu, c'est à dire:

L'adhésion à l'Eglise Aristotélicienne qu'il a fondé, la Foi en l'enseignement d'Aristote, et l'union, l'obéissance et l'imitation de Christos, qui est venu sur terre pour donner force et majesté aux enseignements de Dieu consignés dans les livres de la Révélation.

La Vita de Christos est la seconde partie du Deuxième Livre des Vertus. Elle est composée d'un prologue, de 16 chapitres et d'un épilogue. Ecrite en 87 par Samoht. Celui-ci est l'un des 12 apôtres de Christos.

Citation :


    RESUMESuite à un songe dans lequel elle vit Aristote, Maria se retrouva enceinte de Jeshua. Mais le fait que Jeshua soit le prochain Messie arriva aux oreilles du roi de Judée qui envoya ses hommes pour le tuer. Maria et Giosep s'enfuirent en Chypre et échappèrent au massacre. Là, afin de protéger leur enfant, ils lui donnèrent le nom de Christos. A la mort du roi de Judée ils revinrent à Nazareth. Christos y passa une enfance tranquille, élevé dans les preceptes d'Aristote dans lesquels il excellait.A l'age adulte, il partit sur les routes. Sur son chemin il convainquit bon nombre de personnes de suivre les préceptes d'Aristote. Mais, à un moment, il éprouva le besoin de se retrouver seul. Sa retraite spirituelle dura 40 jours, qu'il passa dans le désert tenté par la Créature Sans Nom à chacun de ses pas. Il sortit de retraite lorsque cette dernière se rendit compte que ses tentations étaient vaines.Après sa retraite, Christos retourna en ville et démontra aux villageois que même les prêtres étaient tombés dans le vice. En se soulevant contre des païens voulant sacrifier un mouton, Christos trouva 12 hommes qui voulaient le défendre et qui devinrent ses apôtres.Christos et ses compagnons répandaient la bonne nouvelle de village en village. Il fit des miracles comme faire boire un vagabond dans ses mains, l'eau apparaissant lorsqu'il formait une coupe. Ils se dirigèrent vers Jérusalem. Lorsqu'ils y arrivèrent, Christos s'installa au milieu du marché bruyant et, parlant d'une voix calme et sans crier, il réussit à faire le silence autour de lui pour que tout le monde l'écoute. Tous venaient l'écouter, si bien que la ville se retrouva bloquée. Il leur expliqua que ce qui manquait à cette ville c'était l'humanité et qu'il fallait que les gens apprennent à reformer une communauté soudée.Lorsque la foule se fut dissipée, les gardes romains arrivèrent. Ils étaient venus l'arrêter pour avoir troubler l'ordre public. Mais, à la surprise générale un centurion romain s'agenouilla devant lui pour lui demander de faire partie de la communauté des personnes qui le suivent. Alors, Christos mouilla le visage du centurion de l'eau de la fontaine en l'absolvant de ses péchés. Puis, il fit de même à ses apôtres.Au lendemain de cette journée, l'un des apôtres, Daju quitta la table, furieux, corrompu par la Créature Sans Nom. Plutard, il revint accompagné des gardes qui venaient arrêter Christos pour complot.Dans un premier temps, Pierre Ponce condamna Christos au bannissement. Mais, ce dernier répliqua que dans n'importe quelle ville il ferait la même chose qu'ici ; ce qui conduisit Pierre Ponce à le condamner à être supplicié puis crucifié. Durant tout son supplice il ne poussa pas un cri. Il pria tout au long de cette journée horrible. Il mourut au soir, et fut emporté par les anges.


Citation :


    Chapitre 8 : Ah, mes enfants, ce que nous dit alors Christos nous illumina ! Ses mots sont restés gravés dans ma mémoire. " Mes amis, nous dit-il, ne vous méprenez pas ! Ceux qui ne vivent pas dans l’amitié que nous a enseigné Aristote, ceux-là brûleront dans les mille flammes de la géhenne. Ceux qui cèdent trop vites aux tentations des péchés, ceux qui ne connaissent pas la vertu, ceux-là finiront dans la souffrance et la solitude de l’enfer. Ceux qui cèdent à la voix mielleuse du péché, qui sont séduits par son discours, ceux-là iront l’accompagner dans les ténèbres. Ceux qui, enfin, se passent de l’amour de Dieu et des Hommes, qui se réfugient dans leur seul égoïsme, ceux là termineront dans l’abime infernale. Aussi, prenez garde, mes frères, soyez attentifs et vigilent ! Car nul ne le connaît, le jour où les prophéties se réaliseront. Nul ne le connaît, le jour de la fin des temps. " Nous écoutions attentivement ce qu’il disait, ayant l’intuition que ce jour était décisif pour notre vie future. Et les neuf qui s’étaient interposés restaient bouche bées devant tant de justesse, devant un tel homme. Christos reprit : " Vous voulez me rejoindre ? Dans ce cas ayez beaucoup d’amour dans votre cœur et suivez moi, partagez un peu de votre temps et de vos biens le temps que vous pourrez. Par contre si vous choisissez de vous dédier à guider les autres sur la voie de l'Eglise, il faut alors que vous soyez prêt à lui donner priorité. Alors prenez de la distance par rapport à vos biens, à votre travail, à vos outils, dites au revoir à votre famille… Préférez la simplicité et l'instruction aux riches ornements et aux beaux atours. Car notre tâche nécessitera de sacrifier le bien personnel au bien collectif, mais en échange vous serrez sacré parmi les enfants de Dieu. " Et il dit encore : " Si votre famille ne vous comprend pas, priez pour elle, car elle n’est pas sensible au message de Dieu. Si celui qui vous embauche vous en veut, ne lui en voulez pas, et priez pour lui, car il n’est pas sensible au message de Dieu. Si vos amis vous retiennent, alors entraînez les avec vous, afin qu’ils découvrent aussi le message de Dieu. La route sera longue et tortueuse, le chemin rugueux, l’horizon lointain, la pente forte, mais le soleil qui brille guidera nos pas. Nous connaîtrons des difficultés, des disputes, des colères, des passions, des hésitations, mais l’amour et l’amitié nous uniront et Dieu nous portera. Si vous voulez vivre seul, raisonner seul, manger seul, marcher seul, alors rien ne vous en empêche, passez votre chemin et réfugiez vous dans l’amour de vous même. Mais si quelqu’un vous frappe, et que vous tombez, alors personne ne vous relèvera. Si vous voulez vivre en groupe, dans l’amour de votre prochain et de la multitude, si vous voulez partager votre pain avec vos amis, marcher avec vos frères, alors venez à moi et suivez moi. Dans ce cas, si vous tombez sur le chemin, un frère s’arrêtera, et vous relèvera. " Et nous, ses amis, écoutions et approuvions Christos. Nous étions désormais douze pour le suivre. Les six femmes se nommaient Calandra, Adonia, Hélène, Kyrène, Ophelia et Uriana. Les six hommes se nommaient Daju, Thanos, Paulos, Nikolos, Titus et Samoht, votre serviteur.


Questions :


    1: Que faut-il faire, selon Christos, pour ne pas être condamné et se retrouver en Enfer ?2: Qu'exige Christos à ceux qui souhaitent se joindre à lui et servir l'Eglise ?3: Le service de l'Eglise est-il une sinecure ?4: Quel est l'avantage de vivre en communauté selon Christos ?5: Qu'incarne Christos ?6: Quels sont les titres donnés à Christos ?7: Qu'a permis le sacrifice de Christos ?8: Que doivent faire les hommes pour être sauvés ?


Lecture Conseillée :

La Vita de Christos


////////////////////////////////////////////////////


tokai a écrit:
Séminaire saint-benoît : Niveau 2, Volet 2 : Théologie : Leçon 7ter : Les Apôtres

Les Apôtres de Christos

Voue venez d'étudier la vie de nos deux prophètes, Aristote puis Christos. Vous avez compris que ce dernier avait fondé notre Eglise. Nous allons maintenant étudier ses premiers continuateurs que l'on a pour habitude d'appeler les apôtres et pour cela faire quelques lectures.

Aux trois premiers qui le rejoignirent, à savoir Titus, Samoth et Paulos, Christos dit :
Vita de Christos, ch. 6 a écrit:
" Alors suivez-moi. Vos métiers, vos biens, vos outils pourront attendre que vous terminiez votre mission. Car pour l'heure, je vais vous faire bâtir, en l'Eglise, le plus bel instrument de paix. Sachez le, je vous enseignerai la sagesse d’Aristote et le message de Dieu, mais vous devrez apprendre l'altruisme et l'abnégation."
C'est de ce texte que vient le choix du mot "apôtre" qui vient du grec apostolos qui désigne une mission, par là nos apôtres sont bien ceux que Christos a chargés d'une mission.

Ces trois furent bientôt rejoints par neuf autres et Christos leur dit :
Vita de Christos, ch. 7 a écrit:
" En vérité, il est bien triste que tant d’enfants de Dieu se détournent de Son amour. Il leur faut des guides afin que les erreurs passées soient effacées. Voulez-vous me suivre et vous faire apôtres de la parole de Dieu? "

Et voici enfin la création de l'Église, la préparation de la succession de Christos :
Vita de Christos, ch. 11 a écrit:
"N’ayez donc pas de peine, car vous serez mes successeurs, vous diffuserez la bonne nouvelle à toutes les nations en aidant Titus à créer mon Eglise. Ainsi, Je fais de vous les guides des fidèles de Dieu. Soyez des modèles pour ceux qui vous écoutent, car un mauvais guide trace une mauvaise route à ceux qui le suivent. Je vous nomme episkopoi (évêques). Vous aurez à charge le Salut de vos ouailles. "
Ces douze apôtres sont donc nos premiers évêques.


Questions :


  1. Qui sont les apôtres (donner leur nom et décrivez leur rôle) ?
  2. Pouvez-vous, en consultant directement le troisième livre du Livre des Vertus, choisir deux apôtres, lire leur hagiographie, la résumer et nous parler de leur message ?


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ivinbir
Visiteur


Nombre de messages : 9
Date d'inscription : 01/03/2014

MessageSujet: Re: [rp] licence d'Ivinbir   Dim 9 Mar - 21:45

merci diandre cela ne s'arrete donc jamais
il reprit sa plume se relanca enco sur son brouillon
écrivit gratta le papier encore et encore
son cerveau bouillonne tellement hahhhaaa
il resta serrein et fini son travail
voila pffff j'ai fini faites que se soit bon s'il vous plait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tokai
Evêque du Puy
Evêque du Puy
avatar

Nombre de messages : 476
Date d'inscription : 25/11/2008

MessageSujet: Re: [rp] licence d'Ivinbir   Dim 9 Mar - 21:54

T'aurais pu un plus détailler la derniere réponse mais bon...allez la suite

tokai a écrit:
tok a écrit:
Séminaire saint-benoît : Niveau 2, Volet 3 : La Charge Paroissiale : Leçon 8 : Les Bases

Le curé est le responsable religieux de sa paroisse. Toutes les affaires religieuses passe par lui. Il est très proche du peuple et de ses problèmes. Il diffuse aussi la bonne parole. En l'absence de curé, l'on parle évidemment alors, en ordre, de vicaire et de diacre.

Le curé doit user du RP (Rôle Play) :

-Il essayera d'avoir un post-it consacré à son église paroissiale au forum du village
-Il essayera de se faire connaître de tous, et plus particulièrement du maire et de son conseil.
-Le curé essayera d'avoir une bonne image pour lui et pour l'Église, il ne parlera pas par exemple d'une quelconque inquisition et ne tendra pas vers l'extrémisme.


Il doit remplir certains offices (Rôle play) :


-Le forum du village et la taverne sont les lieux d'action du prêtre.
-Exemples d'offices (beaucoup d'autres exemples peuvent être trouvés et développés) :

Les 7 sacrements
Baptêmes pour les nouveaux entrants.
Messes le dimanche et jours exceptionnels.
Communions pour les croyants.
Recevoir les confessions.
Célébrer les nombreux mariages.
Donner l'extrême onction aux mourants.

Célébrer l'investiture du maire et de son conseil pour officialiser leur charge

Vous pouvez bénir des gens ou des actions.

L'exorcisme est aussi une pratique courante.

- Le curé peut se faire assister par des diacres et le remplacer en cas d'absences. Libre à lui d'en choisir plusieurs.

Le curé est un être charitable :

- Il est proche des habitants et répond à leurs questions
- Il les informe et les aides du mieux qu'il le peut. Il leur fait découvrir l'Université et la bibliothèque.
- Le curé aide le pauvre et le mendiant
- Il peut même aider économiquement

Il est l'ambassadeur de Dieu et de l'Église Romaine :

- Il applique les dogmes et les bulles votés par le collège
- Il est sous l'autorité de l'évêque de la région
- Il est souvent en relation avec l'évêque de sa région et des autres curés pour échanger leurs expériences.
- Devra rendre des comptes des affaires les plus importantes de son village (petit rapport qu'il remettra à l'évêque)
- Il est au dessus des ordres, mais il fera connaitre les ordres religieux à la population.
- Il essaye de convertir la population à l'Aristotélisme.
- Il combat les hérésies (toutes religions non aristotéliciennes)
- Si possible il combat les anachronismes.

Comment s'occuper de sa paroisse?

Citation :
Concernant les messes IG : Les messes sont célébré une le dimanche et une seconde au moment que le curé pensera le mieux pour lui et les fidèles. Les messes sont ouvertes à tous et remonte votre moral. La façon d'aller à la messe est d'aller à l'église dans les heures inscrites et cliquez sur : Allez à la messe.

Comment fonctionne l'interface IG du curé : Voir le 2° post de ce guide du prêtre

Quels sont les rôles RP du curé et du diacre : Ils se doivent d'être présent pour leurs fidèles quotidiennement. Les fidèles n'hésiteront pas à demander conseil au curé ou au diacre pour des questions. Leur devoir est aussi de faire une messe RP au moins le dimanche pour pouvoir ainsi donner un peu d'éducation religieuse aux fidèles. Ces offices seront donc donné dans un sujet nommé préalablement sur la halle de votre village, exemple : Cathédrale de Langres ou encore Cathédrale Saint Mamès. Les sacrements de l'église seront aussi donné par le curé ou le diacre en RP dans le sujet de l'église. Ils doivent encore donner des cours de catéchisme au futurs baptisés dans la mesure du possible. Il faut également de préférence que les curés prévoient un lieu de confession RP...
Et naturellement qu'ils connaissent les Textes Sacrés afin de les faire connaitre le plus largement, convertir par la Parole, non par le feu, garantir une présence religieuse dans la vie de tout les jours dans son village, se rendre à la taverne pour rencontrer les paroissiens...
Ils doivent tenir les registres paroissiaux et venir régulièrement à l'archidiocèse.

Les curé peuvent-ils recevoir une charge de conseiller municipal : Les curés peuvent recevoir une charge par leur maire pour représenter l'église ou faire parti du conseil municipal sans problème. Cela dépend toujours des lois en cours dans votre comté/duché.Il peuvent également être maire ou au conseil comtal/ducal.


_____________________________________________________________



Questions:


Après cette lecture et par votre expérience, comment envisagez vous votre devoir d'ecclésiastique face à vos paroissiens? face aux éventuels hérétiques qui peupleraient votre paroisse?

Avez vous des idées de manières susceptibles de donner envie aux paroissiens de s'intéresser à l'Église et à son dogme?


////////////////////////////////

tokai a écrit:
Séminaire saint-benoît : Niveau 2, Volet 3 : La charge Paroissiale : Leçon 9 : Célébrer une messe

Schéma standard d'une messe


ivrel a écrit:
Les cloches se mirent à sonner pour inviter les fidèles à venir assister à la messe dominicale.

LE CURE sortit de la sacristie, il arriva dans le choeur, s'agenouilla devant la croix en se signant, puis tendit les mains devant l'autel en priant. Enfin, il se tourna vers l'assemblée des fidèles.


Remplacé par Zabouvski, adaptation personelle toujours possible : Soyez les bienvenus dans la maison du Très-Haut, qui est aussi votre maison, puisque c'est ici que nous nous y réunissons en famille.

Introduction sur un événement dans le duché ou le royaume

LE CURE se dirigea alors vers le lutrin.

Je vais maintenant vous lire un passage du Livre des Vertus
Citation :
...EXTRAIT DU LIVRE DES VERTUS ...

Commentaire du texte

Et maintenant, communions tous ensemble pour nous rapprocher de cet idéal aristotélicien de l'amitié entre fidèles, de cet amour entre les hommes.



Et après avoir rompu le pain, LE CURE en donna un morceau à chacun des fidèles.

Que la paix du Dieu soit avec vous.
Et avec votre esprit
Louons Dieu et ses prophètes Aristote et Christos


Petit commentaire sur un événement dans le village

Avant de vous laisser pour le repas dominical, je voudrais que vous répétiez après moi le Credo de L'église aristotélicienne :

Citation :
Je crois en Dieu, le Trés-Haut tout puissant,
Créateur du Ciel et de la Terre,
Des Enfers et du Paradis,
Juge de notre âme à l'heure de la mort.

Et en Aristote, son prophète,
Le fils de Nicomaque et de Phaetis,
Envoyé pour enseigner la sagesse
Et les lois divines de l'Univers aux hommes égarés.

Je crois aussi en Christos,
Né de Maria et de Giosep.
Il a voué sa vie à nous montrer le chemin du Paradis.
C'est ainsi qu'après avoir souffert sous Ponce,
Il est mort dans le martyr pour nous sauver.
Il a rejoint le Soleil où l'attendait Aristote à la droite du Trés-Haut.

Je crois en l'Action Divine;
En la Sainte Eglise Aristotélicienne Romaine, Une et Indivisible;
En la communion des Saints;
En la rémission des péchés;
En la Vie Eternelle.

AMEN


Bon dimanche à tous.

- Bienvenue
- Sermon du célébrant
- Credo aristotélicien ou Prière/chant/psaumes (pas de connotation IRL)
- Lecture du Livre des Vertus (ou autre texte aristotélicien style hagiographie)
- Partage du Vin et du Pain (l'amitié aristotélicienne)
- Témoignages ou Sermons de personne de l'extérieur  ou éductation théologique des fidèles avec des exemples de la vie ou bien des évènements quotidiens (facultatif)
- saluations à l'assemblée

1) en se disant que le sermon peut être accompagné de passage de livres saints c-a-d que ces phases peuvent fusionner. Mais le sermon n'a pas nécessairement besoin d'être lié à la lecture, il peut se rapporter aux aléas de la vie de la communauté paroissiale.

2) Libre à vous de l'adapter à votre sauce, c'est n'est qu'un guide pour vous aider.

3) Ecrire des messes trop longues ne sert à rien. C’est joli, ça fait plaisir à soi même, mais personne ne les lit! Il faut faire des messes courtes et accessibles. Ce n ‘est pas une raison pour ne pas citer le livre des vertus pour autant! Un extrait court, bien commenté et faisant écho à la situation du moment est le bienvenu.

4) Il est possible de donner la confession commune pendant la messe. La formule utilisée est alors celle-ci :



    Je confesse à Dieu Tout-puissant, à tous les Saints, et à vous aussi, mes Amis, parce que j'ai beaucoup péché, en pensée, en parole, en action. Je supplie tous les Saints, et vous, mes Amis, de prier le Créateur pour moi. Que le Très Haut nous accorde le pardon, l'absolution et la rémission de tous nos péchés.



Travail à faire :

1° Vous ferez une messe en suivant le déroulement ci dessus tout en veillant à ce qu’elle ne soit pas trop longue et qu’elle donne envie d’être écoutée. Le texte lu doit être extrait d'un texte non étudié en cours.

2° Vous prendrez aussi contact avec notre Grande Prieuse, Mère Psy_barbie, en son bureau ; nous vous demandons de célébrer une véritable messe, face à toutes et tous - la réussite de celle-ci sera bien sûr nécessaire pour l'obtention de votre diplôme.


je vous recommande également dans notre bibliothèque interne, les deux départements suivants :



exemples de messe à consulter à la biblihomelie



Je vous conseille de visiter la bibliohomélie pour dénicher des exemples de cérémonies ou des sacrements typiquement "aristotélicien"
[/Séminaire saint-benoît : Niveau 2, Volet 3 : La Charge Paroissiale : Leçon 10 : Célébrer un sacrement

Lire les documents suivants attentivement

[liturgie officielle] le baptème
[liturgie officielle] le mariage
[liturgie officielle] funérailles
Le Baptême
Le Mariage
Les Funérailles
Droit Canon pour le Baptême
Droit Canon pour le Mariage

Questions

Voici quelque questions simples auxquels n'importe quel clerc qui se respecte a la réponse au bout des doigts. On ne vous les pose que pour vérifier que vous avez bien lu les textes ci-hauts. Vous êtes priés de répondre par des phrases complètes.

1) Dans quelle circonstances un parrain est-il obligatoire pour le baptême?

2) Quelle doit être le délai entre la publication des bans et le mariage?

3) Les témoins d'un mariage doivent-ils être baptisés.

4) Que doit réciter un aspirant au baptême avant l'immersion?

5) Que reçoit le baptisé juste après l'immersion?


Travail à faire :

1° Vous célébrerez un sacrement au choix tout en veillant à ce que la cérémonie ne soit pas trop longue et qu’elle donne envie d’être écoutée. Le texte lu doit être extrait d'un texte non étudié en cours.


je vous recommande également dans notre bibliothèque interne, les deux départements suivants :



exemples de messe à consulter à la biblihomelie



Je vous conseille de visiter la bibliohomélie pour dénicher des exemples de cérémonies ou des sacrements typiquement "aristotélicien"
quote]


////////////////////////////
tok a écrit:
Séminaire saint-benoît : Niveau 2, Leçon 11a : L'Amitié Aristotélicienne

Zabouvski a écrit:
L'Amitié Aristotélicienne

Chapitre Premier



    1) L'Amitié Aristotélicienne, selon les principes d’Aristote établis au cours du repas avec Polyphilos, ne peut être véritable que si les membres de cette amitié sont égaux l’un envers l’autre. L’Amitié aristotélicienne est la communauté des baptisés de l’Église. L’on pourrait la représenter par un cercle, symbole même de la perfection divine. L'étude du cercle nous permet de faire ressortir deux éléments. Le premier, le centre, unique et maître de tout, et sa circonférence, sur laquelle tous les points sont égaux. Ainsi donc, la communauté aristotélicienne est une communauté de personnes ayant en commun leur foi en le Très-Haut et étant donc tous égaux devant lui par ce fait même. Le croyant est introduit à la communauté par le baptême. Le Baptême, ou rite d'entrée, donne au nouveau croyant les prémisses de l'amitié Aristotélicienne parfaite. Cette amitié est encore en puissance et demande à être développée par un contact avec Dieu dans la prière et les sacrements, et aussi par le témoignage de douceur et de compassion avec les autres. On peut parler à ce niveau d'une première étape de la vie spirituelle, celle des commençants, dans laquelle l'aristotélicien essaye de supprimer les vices qui demeurent en lui. On appelle aussi cette voie la voie Purificatrice, qui purifie l'âme de ses souillures.2) Ensuite vient l'étape des progressants, ou voie illuminative dans laquelle l'Aristotélicien, débarrassé de ses vices, pratique activement les vertus et développe par là son lien avec Dieu et son prochain. Le point central de cette étape sera la pratique de la charité fraternelle, et la preuve première de la sainteté devra être le rayonnement spirituel auprès des autres. Le but de celui qui pratique cette voie est avant tout d'aider ses frères sur le chemin de la Vertu.3) Enfin nous touchons à l'amitié parfaite, ou voie unitive. Cette voie est celle des parfaits. Il faut comprendre que l’Aristotélicien se consacre d’abord à Dieu, et que c'est dans une relation privilégiée avec Lui que se situe le plus haut point de la spiritualité. Cette relation avec Dieu se traduit par une profonde charité pour les autres, avec un sens parfait de l'amitié et une force de caractère qui permet de montrer aux autres la vérité sans les blesser. Mais cette union avec Dieu aura une condition, celle d'avoir une amitié parfaite sur cette terre avec un de nos prochains. Ne pourra accéder au titre "d'Ami de Dieu", donc de son égal, que celui qui aura concrétisé son aspiration à la perfection par une union d'âme avec un autre Aristotélicien.





Chapitre second sur l'Amitié Aristotélicienne: Les rapports avec les pouvoirs publics...


Nous avons dit que plus qu'un sentiment subjectif, l'amitié Aristotélicienne établie, par la voie du baptême, une communauté de vie objective entre tous les baptisés, entre les membres de la société céleste et ceux de la société terrestre. Cet élément a de grandes conséquences sur le tissu social, et sur la conception que nous devons avoir de la place de la Religion dans l'organisation temporelle du monde.

    1) La communion des saints, fondement de toute société.Par souci de clarification, nous appellerons cette communauté de vie la "communion des saints."Le but premier de l'organisation temporelle des sociétés est de mettre en place les structures pour permettre aux hommes le développement de toutes leurs facultés matérielles et spirituelles. Dans cette optique, une société qui ne serait pas basée sur le concept de communion des saints manquerai gravement a son but, puisqu'il lui manquerait le stade le plus élémentaire et le plus fondamental de l'union entre les hommes et de toute vie sociale aristotélicienne. Il en résulte logiquement que pour être pleinement intégrée dans une société conforme a l'idéal aristotélicien, il faut être soit même membre de la communion des saints, être membre de l'amitié aristotélicienne. Ceux qui ne le sont pas ne possèdent pas les bases fondamentales de la vie en société, ils sont des déchirures dans le tissu social, et comme toutes les déchirures ils risquent de s'étendre et de mettre en danger l'existence même de la société. On comprend donc la nécessité qui s'impose aux pouvoirs publics, pour le bien même de la société qu'ils dirigent, de mettre tout en œuvre pour éviter cette déchirure, car c'est la survie même du tissu social qui est en jeu. Les pouvoirs publics auront donc soin de préserver le caractère Aristotélicien de leurs administrés, et de soutenir les efforts de la Sainte Église pour le salut des âmes et la bonne marche de la cité de Dieu, sur terre et au ciel.2) Du statut des religions partiellement admises.Certaines religions, bien que manifestement erronées, possèdent en elle quelques graines de vérité. Il s’agit du Spinozisme et de l’Averroïsme. Ces religions ( on peine a leur donner ce nom, étant donné leur erreur manifeste) on donc un caractère moins nocif que les autres erreurs. Il faut donc leur donner un statut à part, que nous appellerons « statut de tolérance ». Les membres de ces cultes doivent être mis, autant que possible, à l’écart de l’autorité publique, car le spectacle de leur erreur aurait des conséquences sur le peuple qui serait on ne peut plus néfastes. De plus n’étant pas unis au corps social par la communion des saints, ils y aurait un manque manifeste dans la cohésion sociale. Il faut donc les tolérer mais pas leur laisser le pouvoir.




Chapitre troisième: le rôle de l'amitié dans la conception de la hiérarchie de l'Église


Nous avons dit que chaque "aristotélicien" est uni aux autres par un lien spécial qu'il reçoit dans le Baptême. Ce lien fait de son existence un chemin vers la lumière, chemin qu'il ne parcourt pas seul mais en communauté.


    1) L'histoire de la communautéPour quelqu'un qui avance il faut deux choses: la direction et la force d'avancer. Nous allons maintenant voir pourquoi la hiérarchie est nécessaire pour un Aristotélicien.Aristote nous a enseigné il y a près de 1800 ans une doctrine complexe, dont le but est de nous ancrer dans le Bien, dans le Beau, dans le Vrai. Cet ancrage se fait par la contemplation de la beauté éternelle de Dieu, et par la transcription de cette beauté dans les choses de tous les jours. Mais après la mort d'Aristote, ou plutôt après son accession à la gloire de la contemplation, il nous fallait des guides qui transmettent fidèlement son message aux hommes de tous les siècles et de toutes les cultures. C'est pour cela que vers les années 30-35 de notre ère une assemblée de sages se tint à Tarse. Cette assemblée réunissait les héritiers de la tradition philosophique Aristotélicienne et les disciples de Christos le Sage , avec leur chef Paul. C'est cette assemblée qui décida de la fondation d'une institution qui unirait les deux traditions dans une même vision, faisant ainsi la synthèse des plus beaux enseignements humains et divins. Cette assemblée fut très vite visiblement assistée de l'Esprit Divin, et la religion aristotélicienne se répandit dans tout l'Empire Romain, malgré les persécutions que le diable ne manquait pas de mettre sur son chemin. Mais malgré les vagues de la persécution, malgré le tourment des hérésies, l'Église garda sa rectitude originelle grâce à sa hiérarchie soudée. 2) Le secours divin nécessaire pour le cheminCette constance de l'Église de Dieu n'est concevable au milieu de tant de vicissitudes que par l'action très sainte de Dieu, par l'intercession d'Aristote et des saints de tous les temps, spécialement les martyrs qui sont morts pour la gloire et la lumière éternelle. Cette aide de Dieu avait un canal: la hiérarchie de l'Église.En effet dans l'Eglise certains sont appelés à être davantage que de simples aristotélicien: ils sont appelés à être les guides de leur troupeau, et ils reçoivent pour cela une grâce spéciale qui se nomme l'ordination. Si le baptême introduit dans la communauté spéciale qu'est l'amitié aristotélicienne, l'ordination fait du fidèle croyant un membre à part, choisi, élu pour une fonction particulière qui est celle de guider les fidèles et d'être le canal de la lumière dans les âmes. 3) la hiérarchieLe premier de ces hommes est le Pape, représentant de la lumière divine sur terre, celui qui a reçut en dernier recours le droit et le pouvoir de trancher toutes les questions religieuse, dans le respect toutefois de l'oeuvre de ses prédécesseurs. Puis viennent les cardinaux, les hommes illustres qui par leur action, leur générosité et la profondeur de leur inspiration par l'Esprit de Lumière, ont mérités d'être les instruments de Dieu pour la désignation du nouveau pape.Les évêques sont les canaux de la grâce de Dieu dans les âmes des fidèles. Ils sont les pères de leur diocèse et veulent le salut de tous. Et enfin les curés sont les fidèles assistants des évêques dans cette tache difficile de guider les âmes vers la contemplation de la Beauté éternelle : Dieu lui même. Le curé est un prêtre qui a reçu une mission particulière de l'évêque.Les prêtres sans cure sont des auxiliaires précieux, et ils peuvent aider les curés dans leur tache, ou bien assister l'Évêque au conseil diocésain.Les diacres se donnent aussi à Dieu, mais ne reçoivent pas cette ordination spéciale. Leur service particulier les poussent d'abord à aider dans la gestion matérielle de l'Église.




Chapitre quatrième: Amitié et moyens de sanctification.

Nous venons de le voir, la hiérarchie est le canal du secours divin. Ce secours est transmis par ce qu'on appelle la liturgie.


    1) Nature de la liturgieIl serait faux de croire que la liturgie n'est qu'un enseignement. L'enseignement en est un aspect, mais il n'est pas le seul, loin de là. Vous savez que le baptême aristotélicien donne au baptisé un lien spécial, lien qui est premièrement un lien de Foi. le rôle de la liturgie est de faire augmenter cette Foi. La liturgie est donc une nourriture pour la Foi, elle renforce le lien avec l'ensemble de la communauté ecclésiale. Le lien de l'amitié Aristotélicienne est donc au centre de toute la vie du croyant, et la liturgie est primordiale pour la vie de ce lien.2) La fonction d'enseignement de la Liturgie.Il y a deux voies d'enseignement: le prêche et le sermon lors de la messe.Il est bon de distinguer les deux: en effet le prêche permet de renforcer la conviction des fidèles et de soi même au niveau des Idées, tandis que le sermon leur indique la voie à suivre, et les Idées qu'ils doivent cultiver et étendre. C'est à dire que le Sermon montre aux fidèles la voie à suivre, tandis que le prêche est le moyen pour avancer dans cette voie. 3) La nature de la MesseLa Messe est le cadre général dans lequel se déroule le Sermon, mais elle n'est pas que cela. Dans la Messe le prêtre transmet aux fidèles, par une communication mystérieuse, l'expérience de sa contemplation de Dieu. Et plus que cela, il est comme le canal a travers lequel les fidèles atteignent Dieu. La pureté de la Foi et des Idées du prêtre joue donc un gros rôle: si le canal est impur, comment les fidèles verront ils Dieu?4) L'EnseignementDe l’enseignement aristotélicien. L’enseignement aristotélicien consiste en le partage de connaissances entre certains clercs aguerris et leurs prochains. Ceux-ci perpétuent le culte de l’esprit, toujours porté à découvrir, tel qu’expliqué par Aristote. L’enseignement est tout aussi vital, sinon plus, que le sermon, puisqu’il permet aux clercs de prendre conscience de la vérité, de mieux la comprendre. C’est cette compréhension de la vérité qui permettra à quiconque d’aider son prochain sur le chemin de la Vertu.D'abord fait à l'abbaye Cistercien de Noirlac le 24ème jour du mois de décembre de l'an de grâce 1453 par le Père LescureMis à jour faite à Rome le 13ième jour du mois d'août de l'an de grâce 1455 par le Père Zabouvski



Questions:

1-Pourquoi le baptême joue t-il un rôle dans l'Amitié Aristotélicienne?

2- Qu'appelle t-on charité?

3- Qu'est-ce que la communion des saints?

4- Quelles sont les autres "religions" présentes dans les royaumes?

5- Quelles sont les religions ayant un "statut de tolérance"? Pourquoi un tel statut?


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ivinbir
Visiteur


Nombre de messages : 9
Date d'inscription : 01/03/2014

MessageSujet: Re: [rp] licence d'Ivinbir   Dim 9 Mar - 21:57

tres bien je vais essayer de m'appliquer un peu plus
hmmm ca parlait de bapteme souvenirs souvenirs
pour le bapteme ca me semble facile hahhaaa
hmmm quel mal de doights
il remit tout au propre
voila pour le reste j'espere que ca ira
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tokai
Evêque du Puy
Evêque du Puy
avatar

Nombre de messages : 476
Date d'inscription : 25/11/2008

MessageSujet: Re: [rp] licence d'Ivinbir   Dim 9 Mar - 21:59

Euhhhh pour le baptême il est bon de faire sonner aussi les cloches

tok a écrit:
Séminaire saint-benoît : Niveau 2, Leçon 11a : L'Amitié Aristotélicienne

Zabouvski a écrit:
L'Amitié Aristotélicienne

Chapitre Premier



    1) L'Amitié Aristotélicienne, selon les principes d’Aristote établis au cours du repas avec Polyphilos, ne peut être véritable que si les membres de cette amitié sont égaux l’un envers l’autre. L’Amitié aristotélicienne est la communauté des baptisés de l’Église. L’on pourrait la représenter par un cercle, symbole même de la perfection divine. L'étude du cercle nous permet de faire ressortir deux éléments. Le premier, le centre, unique et maître de tout, et sa circonférence, sur laquelle tous les points sont égaux. Ainsi donc, la communauté aristotélicienne est une communauté de personnes ayant en commun leur foi en le Très-Haut et étant donc tous égaux devant lui par ce fait même. Le croyant est introduit à la communauté par le baptême. Le Baptême, ou rite d'entrée, donne au nouveau croyant les prémisses de l'amitié Aristotélicienne parfaite. Cette amitié est encore en puissance et demande à être développée par un contact avec Dieu dans la prière et les sacrements, et aussi par le témoignage de douceur et de compassion avec les autres. On peut parler à ce niveau d'une première étape de la vie spirituelle, celle des commençants, dans laquelle l'aristotélicien essaye de supprimer les vices qui demeurent en lui. On appelle aussi cette voie la voie Purificatrice, qui purifie l'âme de ses souillures.2) Ensuite vient l'étape des progressants, ou voie illuminative dans laquelle l'Aristotélicien, débarrassé de ses vices, pratique activement les vertus et développe par là son lien avec Dieu et son prochain. Le point central de cette étape sera la pratique de la charité fraternelle, et la preuve première de la sainteté devra être le rayonnement spirituel auprès des autres. Le but de celui qui pratique cette voie est avant tout d'aider ses frères sur le chemin de la Vertu.3) Enfin nous touchons à l'amitié parfaite, ou voie unitive. Cette voie est celle des parfaits. Il faut comprendre que l’Aristotélicien se consacre d’abord à Dieu, et que c'est dans une relation privilégiée avec Lui que se situe le plus haut point de la spiritualité. Cette relation avec Dieu se traduit par une profonde charité pour les autres, avec un sens parfait de l'amitié et une force de caractère qui permet de montrer aux autres la vérité sans les blesser. Mais cette union avec Dieu aura une condition, celle d'avoir une amitié parfaite sur cette terre avec un de nos prochains. Ne pourra accéder au titre "d'Ami de Dieu", donc de son égal, que celui qui aura concrétisé son aspiration à la perfection par une union d'âme avec un autre Aristotélicien.





Chapitre second sur l'Amitié Aristotélicienne: Les rapports avec les pouvoirs publics...


Nous avons dit que plus qu'un sentiment subjectif, l'amitié Aristotélicienne établie, par la voie du baptême, une communauté de vie objective entre tous les baptisés, entre les membres de la société céleste et ceux de la société terrestre. Cet élément a de grandes conséquences sur le tissu social, et sur la conception que nous devons avoir de la place de la Religion dans l'organisation temporelle du monde.

    1) La communion des saints, fondement de toute société.Par souci de clarification, nous appellerons cette communauté de vie la "communion des saints."Le but premier de l'organisation temporelle des sociétés est de mettre en place les structures pour permettre aux hommes le développement de toutes leurs facultés matérielles et spirituelles. Dans cette optique, une société qui ne serait pas basée sur le concept de communion des saints manquerai gravement a son but, puisqu'il lui manquerait le stade le plus élémentaire et le plus fondamental de l'union entre les hommes et de toute vie sociale aristotélicienne. Il en résulte logiquement que pour être pleinement intégrée dans une société conforme a l'idéal aristotélicien, il faut être soit même membre de la communion des saints, être membre de l'amitié aristotélicienne. Ceux qui ne le sont pas ne possèdent pas les bases fondamentales de la vie en société, ils sont des déchirures dans le tissu social, et comme toutes les déchirures ils risquent de s'étendre et de mettre en danger l'existence même de la société. On comprend donc la nécessité qui s'impose aux pouvoirs publics, pour le bien même de la société qu'ils dirigent, de mettre tout en œuvre pour éviter cette déchirure, car c'est la survie même du tissu social qui est en jeu. Les pouvoirs publics auront donc soin de préserver le caractère Aristotélicien de leurs administrés, et de soutenir les efforts de la Sainte Église pour le salut des âmes et la bonne marche de la cité de Dieu, sur terre et au ciel.2) Du statut des religions partiellement admises.Certaines religions, bien que manifestement erronées, possèdent en elle quelques graines de vérité. Il s’agit du Spinozisme et de l’Averroïsme. Ces religions ( on peine a leur donner ce nom, étant donné leur erreur manifeste) on donc un caractère moins nocif que les autres erreurs. Il faut donc leur donner un statut à part, que nous appellerons « statut de tolérance ». Les membres de ces cultes doivent être mis, autant que possible, à l’écart de l’autorité publique, car le spectacle de leur erreur aurait des conséquences sur le peuple qui serait on ne peut plus néfastes. De plus n’étant pas unis au corps social par la communion des saints, ils y aurait un manque manifeste dans la cohésion sociale. Il faut donc les tolérer mais pas leur laisser le pouvoir.




Chapitre troisième: le rôle de l'amitié dans la conception de la hiérarchie de l'Église


Nous avons dit que chaque "aristotélicien" est uni aux autres par un lien spécial qu'il reçoit dans le Baptême. Ce lien fait de son existence un chemin vers la lumière, chemin qu'il ne parcourt pas seul mais en communauté.


    1) L'histoire de la communautéPour quelqu'un qui avance il faut deux choses: la direction et la force d'avancer. Nous allons maintenant voir pourquoi la hiérarchie est nécessaire pour un Aristotélicien.Aristote nous a enseigné il y a près de 1800 ans une doctrine complexe, dont le but est de nous ancrer dans le Bien, dans le Beau, dans le Vrai. Cet ancrage se fait par la contemplation de la beauté éternelle de Dieu, et par la transcription de cette beauté dans les choses de tous les jours. Mais après la mort d'Aristote, ou plutôt après son accession à la gloire de la contemplation, il nous fallait des guides qui transmettent fidèlement son message aux hommes de tous les siècles et de toutes les cultures. C'est pour cela que vers les années 30-35 de notre ère une assemblée de sages se tint à Tarse. Cette assemblée réunissait les héritiers de la tradition philosophique Aristotélicienne et les disciples de Christos le Sage , avec leur chef Paul. C'est cette assemblée qui décida de la fondation d'une institution qui unirait les deux traditions dans une même vision, faisant ainsi la synthèse des plus beaux enseignements humains et divins. Cette assemblée fut très vite visiblement assistée de l'Esprit Divin, et la religion aristotélicienne se répandit dans tout l'Empire Romain, malgré les persécutions que le diable ne manquait pas de mettre sur son chemin. Mais malgré les vagues de la persécution, malgré le tourment des hérésies, l'Église garda sa rectitude originelle grâce à sa hiérarchie soudée. 2) Le secours divin nécessaire pour le cheminCette constance de l'Église de Dieu n'est concevable au milieu de tant de vicissitudes que par l'action très sainte de Dieu, par l'intercession d'Aristote et des saints de tous les temps, spécialement les martyrs qui sont morts pour la gloire et la lumière éternelle. Cette aide de Dieu avait un canal: la hiérarchie de l'Église.En effet dans l'Eglise certains sont appelés à être davantage que de simples aristotélicien: ils sont appelés à être les guides de leur troupeau, et ils reçoivent pour cela une grâce spéciale qui se nomme l'ordination. Si le baptême introduit dans la communauté spéciale qu'est l'amitié aristotélicienne, l'ordination fait du fidèle croyant un membre à part, choisi, élu pour une fonction particulière qui est celle de guider les fidèles et d'être le canal de la lumière dans les âmes. 3) la hiérarchieLe premier de ces hommes est le Pape, représentant de la lumière divine sur terre, celui qui a reçut en dernier recours le droit et le pouvoir de trancher toutes les questions religieuse, dans le respect toutefois de l'oeuvre de ses prédécesseurs. Puis viennent les cardinaux, les hommes illustres qui par leur action, leur générosité et la profondeur de leur inspiration par l'Esprit de Lumière, ont mérités d'être les instruments de Dieu pour la désignation du nouveau pape.Les évêques sont les canaux de la grâce de Dieu dans les âmes des fidèles. Ils sont les pères de leur diocèse et veulent le salut de tous. Et enfin les curés sont les fidèles assistants des évêques dans cette tache difficile de guider les âmes vers la contemplation de la Beauté éternelle : Dieu lui même. Le curé est un prêtre qui a reçu une mission particulière de l'évêque.Les prêtres sans cure sont des auxiliaires précieux, et ils peuvent aider les curés dans leur tache, ou bien assister l'Évêque au conseil diocésain.Les diacres se donnent aussi à Dieu, mais ne reçoivent pas cette ordination spéciale. Leur service particulier les poussent d'abord à aider dans la gestion matérielle de l'Église.




Chapitre quatrième: Amitié et moyens de sanctification.

Nous venons de le voir, la hiérarchie est le canal du secours divin. Ce secours est transmis par ce qu'on appelle la liturgie.


    1) Nature de la liturgieIl serait faux de croire que la liturgie n'est qu'un enseignement. L'enseignement en est un aspect, mais il n'est pas le seul, loin de là. Vous savez que le baptême aristotélicien donne au baptisé un lien spécial, lien qui est premièrement un lien de Foi. le rôle de la liturgie est de faire augmenter cette Foi. La liturgie est donc une nourriture pour la Foi, elle renforce le lien avec l'ensemble de la communauté ecclésiale. Le lien de l'amitié Aristotélicienne est donc au centre de toute la vie du croyant, et la liturgie est primordiale pour la vie de ce lien.2) La fonction d'enseignement de la Liturgie.Il y a deux voies d'enseignement: le prêche et le sermon lors de la messe.Il est bon de distinguer les deux: en effet le prêche permet de renforcer la conviction des fidèles et de soi même au niveau des Idées, tandis que le sermon leur indique la voie à suivre, et les Idées qu'ils doivent cultiver et étendre. C'est à dire que le Sermon montre aux fidèles la voie à suivre, tandis que le prêche est le moyen pour avancer dans cette voie. 3) La nature de la MesseLa Messe est le cadre général dans lequel se déroule le Sermon, mais elle n'est pas que cela. Dans la Messe le prêtre transmet aux fidèles, par une communication mystérieuse, l'expérience de sa contemplation de Dieu. Et plus que cela, il est comme le canal a travers lequel les fidèles atteignent Dieu. La pureté de la Foi et des Idées du prêtre joue donc un gros rôle: si le canal est impur, comment les fidèles verront ils Dieu?4) L'EnseignementDe l’enseignement aristotélicien. L’enseignement aristotélicien consiste en le partage de connaissances entre certains clercs aguerris et leurs prochains. Ceux-ci perpétuent le culte de l’esprit, toujours porté à découvrir, tel qu’expliqué par Aristote. L’enseignement est tout aussi vital, sinon plus, que le sermon, puisqu’il permet aux clercs de prendre conscience de la vérité, de mieux la comprendre. C’est cette compréhension de la vérité qui permettra à quiconque d’aider son prochain sur le chemin de la Vertu.D'abord fait à l'abbaye Cistercien de Noirlac le 24ème jour du mois de décembre de l'an de grâce 1453 par le Père LescureMis à jour faite à Rome le 13ième jour du mois d'août de l'an de grâce 1455 par le Père Zabouvski



Questions:

1-Pourquoi le baptême joue t-il un rôle dans l'Amitié Aristotélicienne?

2- Qu'appelle t-on charité?

3- Qu'est-ce que la communion des saints?

4- Quelles sont les autres "religions" présentes dans les royaumes?

5- Quelles sont les religions ayant un "statut de tolérance"? Pourquoi un tel statut?

Séminaire saint-benoît : Niveau 2, Leçon 11bis : Vertus et péchés

Citation :

Vertus et péchés


Considérations générales


Dieu nous a créés à partir de Lui. Nous faisons donc partie intégrante de Lui et notre existence est vouée à le servir.

Ainsi, vivre dans la vertu consiste à vivre comme Dieu le veut. Vivre dans le péché consiste à nier la volonté divine et donc à nier notre propre nature divine. Cela revient donc à nous nier nous-même, à travers la négation de Dieu.

De ce fait, les humains sont naturellement des êtres sociaux, car vivre en communauté, c’est vivre en accord avec notre statut de composants de Dieu. C’est dans cette logique que se traduit la communauté Aristotélicienne, permise par le sacrement du baptême.

Dieu est parfait. Il réunit donc en Lui toutes les vertus, en leur donnant tout leur sens. Etant à la fois faits d’esprits et de matière, nous autres humains pouvons tendre vers cette perfection, mais jamais l’atteindre. Un saint (ou une sainte) se définit donc comme une personne qui se rapproche de la perfection par la vertu, pas comme une personne qui l’a atteint, car nous ne sommes pas Dieu.

Le péché absolu serait la négation totale de la nature de Dieu. Comme tout fait partie de Dieu, cet état de péché absolu est impossible à atteindre, car ce serait la négation totale de ce que nous sommes. Personne, pas même Dieu, ne peut atteindre cet état, bien que notre nature d’être imparfait nous rend capables d’y tendre.

La vertu parfaite, de nature divine, est divisée en sept vertus, afin que nous puissions plus facilement nous en rapprocher: l’amitié, la conservation, le don de soi, la tempérance, la justice, la plaisir et la conviction. A chacune d’elles s’oppose un péché: (respectivement) l’avarice, la gourmandise, l’orgueil, la colère, l’envie, l’acédie et la luxure.

Tout être, excepté Dieu, se trouve donc entre chacun de ces extrêmes. Ainsi, tout être excepté Dieu se trouve entre l’amitié et l’avarice. Il ne peut jamais les atteindre. Seul Dieu est de parfaite vertu et personne n’est de pur péché.

Nous ne devons donc pas espérer atteindre la perfection dans une ou plusieurs vertus, car cela est impossible et donc péché d’orgueil. Nous devons plutôt rechercher le Juste Milieu entre chaque vertu et chaque péché.

Le Juste Milieu ne signifie pas un milieu mathématique, à égale distance de ces deux extrêmes, mais une tendance à se diriger vers la vertu en étant conscient de l’impossibilité de l’atteindre.

Des vertus et des vices correspondants

L’amitié est la faculté de se préoccuper du sort d’autrui. Elle est empathie, charité, entraide, réciprocité des rapports sociaux, amour du prochain… A l’amitié correspond l’avarice, qui est le vice de l’être dont l’égoïsme n’a d’égal que le mépris de l’autre.

La conservation est la faculté d’œuvrer à sa propre survie. Elle est la conscience de ses besoins premiers en nourriture, en eau, en sommeil. A la conservation correspond la gourmandise, qui est l’abus du plaisir des besoins premiers, vice de ceux qui n’ont pas la mesure des nécessités de leurs subsistance.

Le don de soi, est la faculté de se sacrifier au profit de la communauté aristotélicienne et de la république, abstraction faite de sa propre individualité. Elle est la conscience de faire partie d’un tout. Au don de soi correspond le vice de l’orgueil, qui est le sentiment de pouvoir vivre hors de la communauté, ou d’être capable d’atteindre le statut de divin.

La tempérance est la faculté de se modérer, de suivre la voie du juste milieu qu’exige sa condition de croyant, de faire preuve de compréhension à l’égard de ses semblables. A la tempérance correspond la colère, qui est le vice de celui qui s’abandonne à sa haine de l’autre, ou qui de toutes ses forces tente de lutter contre sa condition.

La justice est la faculté de l’être à faire preuve de magnanimité, à reconnaître la valeur de l’autre, à identifier l’intérêt d’autrui. A la justice correspond l’envie, qui est le vice de celui qui désire bénéficier des justes récompenses attribuées à autrui, ou de celui qui convoite les biens ou le bonheur de son semblable.

Le plaisir est la faculté qu’a l’homme d’œuvrer à réunir les conditions de son propre bonheur. Elle est la conscience de soi, de son corps, de son âme, et des besoins de ceux-ci pour rendre son existence heureuse et facile. Au plaisir correspond l’acédie, qui est le vice de celui qui entre en dépression spirituelle, qui reste passif, qui n’a plus goût à la vie, et qui ignore sa propre satisfaction.

La conviction est l’espérance en un avenir plein de promesses. Elle est plus largement la conscience des besoins et des intérêts futurs de la communauté des croyants, des nécessités de la conservation de l’espèce (donc de la reproduction). A la foi correspond la luxure, qui est le vice de celui qui se complaît dans l’abus des choses de la chair et dans le nihilisme le plus total.

Fait à l'abbaye Cistercien de Noirlac le 24ème jour du mois de décembre de l'an de grâce 1453


Questions :

1- Qu'est-ce que la vertu? le péché?

2- Qui possède toutes les vertus?

3- Qu'est le péché absolu ? Qui peut l'atteindre?

4- Qu'est ce la Vertu Divine? qui peut l'atteindre?

5- Citez les différentes vertus et son contraire, le péchés. Ou ce situe l'homme? Peut-on atteindre la perfection?

6- Résumez en une phrase chacune des Vertus et des vices.

Séminaire saint-benoît : Niveau 2, Leçon 11ter : Les deux sources de la foi

Citation :
Les deux sources de la foi


  • Chapitre premier: La Révélation divine. Les deux sources de la Foi.

    La Très Haut, qui a crée l'humanité et toute la nature dans un mouvement de Son Amour infini, n'a pas voulu que cet humanité soit abandonnée aux ténèbres de l'erreur. c'est pourquoi Dieu tout puissant s'est révélé a nous.
    Il s'est révélé tout d'abord dans la doctrine lumineuse et les enseignements d'Aristote, doctrine dont l'équilibre annonçait de manière prophétique l'Enseignement de la Lumière aux hommes et aux femmes par Christos.
    L'union de ces deux enseignements donna naissance à la Sainte et Immuable Eglise Aristotélicienne.
  • Chapitre deuxième: harmonie de la Foi et de la Raison:

    Nous croyons fermement que la Vérité est une, et que la Révélation de Christos s'harmonise avec la saine intelligence de la nature et de l'âme humaine que nous trouvons dans la Doctrine d'Aristote. Foi et Raison sont comme les deux facettes d'une même réalité. Cette vérité constitue donc un seul ensemble harmonieux d'une grande beauté, ensemble qui est comme le reflet de la beauté sublime de l'union harmonieuse deux révélateurs de la parole Divine. Par Aristote, emblème de la Raison, les pauvres d'esprits apprendront la science, et par Christos, porteur de la Foi, les savants progresseront dans la sagesse et dans la piété.
    Car la pureté de la Foi dépend de la pureté des idées. Et sans la Foi les idées sont vaines. L'équilibre divin trouve là son fondement.


    L'étude de la philosophie et de la théologie doit être développée dans cet esprit d'union, et les théologiens seront conscient que de la beauté et la pureté de leur doctrine découlera l'image que les fidèles se feront de la beauté même de Dieu.
    Ainsi les Livres Saints de la Révélation de Christos et ceux de la Révélation du Logos écrits par Aristote devront être lus de concert et se complètent mutuellement.
  • Chapitre troisième: Des idées dans l'Eglise.

    Cet équilibre et cette harmonie de la Foi se retrouve dans les membres de l'Eglise Aristotélicienne: certains, mystiques par essence, cherchent dans l'imitation de Christos la voie de la connaissance. Leurs idées les mènent dans les sphères de l'absolu, en contact direct avec la divinité. Ce sont eux qui tiennent pour vraies les idées suivantes:

    1) Les choses sont des copies des Idées.
    2) La beauté sensible est une image de la Beauté éternelle que l'âme a toujours déjà contemplée.
    3) Le bonheur est une forme de contemplation, que le sage doit s'efforcer d'atteindre.
    4) La métaphysique est la science des causes premières.

    D'autres par contre, confiants en la raison, ont pour maître Aristote et suivent sur ses traces la connaissance de la vérité par le raisonnement, avec comme fondement de leur Foi les idées suivantes:

    1) L'essence des choses est dans les choses-mêmes, et leur donne forme.
    2) La beauté résulte de certaines proportions et de certaines mesures et rythmes harmonieux.
    3) L'homme sage doit participer à la vie de la cité.
    4) La métaphysique est la science de ce qui est, en tant qu'il est : de l'étant en tant qu'étant.

    Chaque croyant participe plus ou moins de chacun de ces groupes, mais tous œuvrent d'un seul cœur à la gloire de l'Eglise et à l'amour de Dieu.
  • Chapitre quatrième: Le pouvoir d'interprétation de l'Eglise.

    La Sainte et Immuable Eglise Aristotélicienne est seule qualifiée pour interpréter l'enseignement divin. C'est le Souverain Pontife à travers la Curie, lui seul, avec ou sans consultation des évêques de l'univers Aristotélicien, qui fixe la doctrine de l'Eglise. Toutefois il aura garde du dépôt de la Foi, et il devra le conserver avec soin et déférence, sans rien changer d'essentiel dans ce que ses prédécesseurs auront institués dans le dogme. Il veillera ainsi en bon pasteur au maintien de l'unité de la Foi, de l'harmonie de la doctrine, et la concorde des croyants.



Questions :

1- Comment s'est révélé le Très Haut auprès de nous?

2- Qu'est-ce la Sainte et Immuable Eglise Aristotélicienne?

3- Expliquez dans un petit paragraphe que sont les deux sources de la foi.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ivinbir
Visiteur


Nombre de messages : 9
Date d'inscription : 01/03/2014

MessageSujet: Re: [rp] licence d'Ivinbir   Dim 9 Mar - 22:02

ha j'oubliai
il reflechit alors alors hmmm
il reprit sa plume et se relanca
hmmm dur dur mais bon.....
brouillon gratte gratte
voila pour vous
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tokai
Evêque du Puy
Evêque du Puy
avatar

Nombre de messages : 476
Date d'inscription : 25/11/2008

MessageSujet: Re: [rp] licence d'Ivinbir   Dim 9 Mar - 22:04

Pour la révélation....C'est à peu pres cela. Allez je te donne la derniere:

tok a écrit:
MEMOIRE DE FIN DE SEMINAIRE


Veuillez rédiger un texte personnel d'inspiration aristotélicienne (dans l'ordre de préférence : thèse, essai, sermon, prêche ...) qui servira de travail final pour l'obtention de votre diplôme. je vous conseille de prendre inspiration dans les manuscrits de notre bibliothèque Sainte Illinda. voici notamment quelques ouvrages très instructifs.

[essai] qui est Dieu ?
[essai] Des origines de la Foi Aristotélicienne
[essai] relation entre dieu et l'homme
[essai] LA METAPHYSIQUE, CLEF DE LA SPIRITUALITE
[PRECHES ET SERMONS] : L'exemplarité
[PRECHES ET SERMONS] : L'abnégation
[PRECHES ET SERMONS] : Lorsque l'on doute.

Je vous suggère de visiter particulièrement, dans notre bibliothèque interne, les deux départements suivants :




ainsi que la consultation de notre registre de la bibliothèque Sainte Illinda

Nous prendrons en compte le respect du dogme et du caractère aristotélicien de notre église, l'originalité de la production personnelle, la forme du travail (orthographe, présentation, lisibilité, ... ).  Il est clair que ce travail sanctionnant la fin de votre cursus, 15 lignes bâclées ne suffiront pas.

Vous pouvez proposer des sujets et nous discuterons de leur faisabilité
.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ivinbir
Visiteur


Nombre de messages : 9
Date d'inscription : 01/03/2014

MessageSujet: Re: [rp] licence d'Ivinbir   Dim 9 Mar - 22:11

tres bien merci
je m'y remet de suite
il retourna encore a son pupitre
a cool cette lecon
voici pour vous la je respire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tokai
Evêque du Puy
Evêque du Puy
avatar

Nombre de messages : 476
Date d'inscription : 25/11/2008

MessageSujet: Re: [rp] licence d'Ivinbir   Dim 9 Mar - 22:12

Tres bonnes réponses comme quoi les brouillons que je t avais fait parvenir t'ont aidé...Je t enverrai ton diplôme demain

Puis elle se mit à le rédiger et rechercha ses tampons

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ivinbir
Visiteur


Nombre de messages : 9
Date d'inscription : 01/03/2014

MessageSujet: Re: [rp] licence d'Ivinbir   Dim 9 Mar - 22:24

demai tres bien je suis pas a ca pres merci
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [rp] licence d'Ivinbir   

Revenir en haut Aller en bas
 
[rp] licence d'Ivinbir
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Province Ecclésiastique de Bourges dans les RR :: Diocèses de la Province de Bourges :: Diocèse du Puy :: Eglises :: Paroisse de Mende-
Sauter vers: